RMC

Coronavirus: a-t-on "privé" les personnes âgées d'accès à l'hôpital ?

Eric Ciotti, le rapporteur de la commission d'enquête sur la gestion de la crise du coronavirus, assure que les réanimateurs ont fait le tri au détriment des personnes âgées.

Rapporteur de la commission d'enquête sur la gestion de la crise du coronavirus, Eric Ciotti n'est pas tendre avec le gouvernement. Dans un entretien au Monde, le député LR des Alpes-Maritimes assure que les personnes âgées notamment les résidents d'EHPAD ont été privées d'accès à l'hôpital. S’appuyant sur les chiffres de la direction générale de la Santé et de la direction générale de l’offre de soins, Eric Ciotti estime que beaucoup auraient probablement pu être sauvés.

"Dans les années précédant la crise, comme dans les trois premiers mois de l’année 2020, l’âge moyen des personnes âgées de plus de 75 ans admises en réanimation se situe en moyenne autour de 25%. A partir de fin mars, début avril, ce chiffre chute fortement et passe à 14% en France et va même descendre jusqu’à 6% en Île-de-France", détaille l'élu ce jeudi sur RMC. Eric Ciotti en conclut qu’il y a eu une forme de "régulation" et "une forme de tri".

Mais le tri est une pratique courante en réanimation. Agnès Ricard-Hibon, la présidente de la société française de médecine d’urgence, n’a elle pas le sentiment "d’avoir changé ses procédures de tri", même au plus fort de la pandémie de coronavirus. Le ministère de la Santé va lui plus loin et estime que la comparaison de ces chiffres avec les années précédentes est une utilisation "fallacieuse".

Renforcer les liens entre Ehpad et hôpitaux

"Le ministère m’a surtout l’air embarrassé. Il y a eu un accès aux soins limités pour les personnes âgées", maintien Eric Ciotti avant de nuancer. "Après il peut y avoir une explication médicale. On peut se dire que l’on a fait des choix par crainte de voir les services de réanimation complètement saturés. Nous avons auditionné des personnels soignants et des médecins coordonnateurs des Ephad et tous ont évoqués des difficultés pour les personnes âgées". Le député voudrait ainsi renforcer les liens entre ces établissements et les hôpitaux.

Et Eric Ciotti déplore également le manque de masques dans les hôpitaux et la communication à géométrie variable du gouvernement. Les jugeant inutiles au début de la pandémie, l’exécutif a fait volte-face, les considérant désormais comme essentiels à la lutte contre la propagation du virus. UN changement de stratégie lié au stock: "Une note au ministère de la Santé arrivée en novembre 2018, assurait que le stock de 750 millions de masques était bientôt totalement obsolète. Une deuxième note arrivée en septembre 2018 évoquait le besoin d’un milliard de masque", explique le député.

Malgré ces deux notes, Jérôme Salomon le directeur de la Santé aurait simplement décidé de commander 100 millions de masques seulement, assure Eric Ciotti. Et si les stocks ont été reconstitués en urgence, le député des Alpes-Maritimes prévient que l’on manque encore de respirateurs. "Sur les 10.000 que l’on a acheté, 8500 sont inadaptés".

Guillaume Dussourt