RMC

Covid-19: ces 9 départements qui restent toujours sous haute surveillance malgré le reconfinement

Deux semaines seulement après avoir ordonné un nouveau confinement, l'exécutif a fait savoir qu'il était encore "trop tôt" pour en évaluer pleinement ses effets sur la situation épidémique.

Le statu quo devrait prédominer jeudi à l'heure où Jean Castex doit tenir un point d'étape sur le reconfinement, malgré les appels de commerçants à plus de souplesse et des interrogations sur un éventuel durcissement des restrictions pour les lycées. La conférence de presse du chef du gouvernement est prévue à 18h, après le rituel désormais hebdomadaire du conseil de défense qui a rendu dans le secret ses arbitrages jeudi matin.

Mais deux semaines seulement après avoir ordonné un nouveau confinement, l'exécutif a fait savoir qu'il était encore "trop tôt" pour en évaluer pleinement ses effets sur la situation épidémique, même si le ministre de la Santé Olivier Véran avait évoqué des "frémissements" positifs. 

Quelques indicateurs offrent en effet une lueur d'espoir. Le taux estimé de reproduction du virus, soit l'estimation du nombre moyen de personnes qu'un malade contamine, est repassé sous la barre du "1" selon l'application gouvernementale Tous AntiCovid (0,93), en attendant toutefois des chiffres consolidés. De même, le taux d'incidence, qui mesure les nouveaux cas durant les sept derniers jours sur une population de 100.000 habitants, a commencé à baisser au niveau national la semaine dernière et le taux de cas positifs sur le nombre total de tests est repassé sous les 20%.

Le mystère savoyard

A l'inverse, des régions françaises inquiètent toujours les autorités. Et parfois, l'évolution de l'épidémie laisse les chercheurs sans réponse. Comme ces deux départements qui inquiètent et surprennent: la Savoie et la Haute-Savoie.

Les taux d'incidences y sont presque trois fois supérieurs à la moyenne nationale! Le maire de Chambéry explique même que "son hôpital est sur un fil", qu'il â même du louer des "casiers frigorifiques" pour y installer les personnes décédées ces derniers jours.

Et personne n'arrive à expliquer cette explosion depuis trois semaines. L'une d'entre pourrait résider dans l'inconscience d'une population qui n'a pas vécu de première vague, ou alors il y a le froid et le jour qui tombe plus tôt, qui font que les habitants vivent moins en extérieur. 

Ces départements où il n'y a toujours pas de baisse

Autres départements toujours sous surveillance, la Loire et la Haute-Loire, pour qui les chiffres commencent tout juste à baisser. Ou encore les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées, où le taux d'incidence est passé au dessus de la moyenne nationale la semaine dernière.

Enfin une région entière est sous vigilance: la Bourgogne-Franche-Comté. Dans le Doubs, en Côte-d'Or ou en Saône-et-Loire, les courbes de contamination n'ont pas encore entamé leur baisse, contrairement à ce qui est constaté sur l'ensemble du territoire.

329 malades du Covid-19 sont encore décédés à l'hôpital mercredi. Plus de 42.000 personnes sont déjà mortes du Covid-19 en France. Et dans les services de réanimation, la situation se tend de jour en jour. Mercredi, 351 nouveaux patients en 24 heures ont rejoint ces lits, soit un total de 4.789 patients, sur une capacité totale et toutes pathologies confondues déjà portée de 5.000 à 6.400 lits et qui devrait bientôt passer à 7.500.

Thomas Chupin et Xavier Allain