RMC

Covid-19: l'Allemagne prolonge son confinement, la côte de popularité d'Angela Merkel plonge

LOUS VA PLUS LOIN - C'est une une dirigeante souvent citée en exemple pour sa gestion de la crise sanitaire. Mais Angela Merkel, la chancelière allemande est aujourd’hui vivement critiquée.

Angela Merkel est décrite souvent comme un modèle de concertation, de pondération et de pragmatisme. Mais depuis quelques jours en Allemagne, c’est tout l’inverse. Les restrictions y ont été prolongées jusqu’au 7 mars, les commerces non alimentaires, les bars, restaurants, musées et équipements sportifs restent donc fermés, ainsi que les écoles dans certains territoires.

Conclusion d’une nouvelle réunion marathon avec les représentants des 16 landers, les régions, qui ont la main sur les questions sanitaires. La popularité d’Angela Merkel s’érode, à peine 40% de confiance, les allemands se lassent et la chancelière le reconnaît elle-même “les nerfs sont à vif et c’est une période difficile pour moi”, c’est ce qu’elle a dit à la télévision cette semaine.

Qu’est ce qu’on reproche à Angela Merkel? 

Quasiment la même chose qu’à Emmanuel Macron en France. A savoir de ne pas offrir de perspectives, de ne pas fixer de date de reprise, de se montrer trop frileuse. Seuls les salons de coiffure pourront ouvrir début mars, et”les gens s’attendaient à plus qu’une nouvelle coupe de cheveux”, a lancé le patron du parti social-démocrate. 

La gauche accuse Angela Merkel de ne pas assez tenir compte des conséquences sociales de la crise, et surtout de ne pas consulter le Parlement. Les députés ont été avertis après les médias des décisions issues de la réunion avec les landers. Cela fait écho aux critiques régulières de la France insoumise qui considère que le conseil de défense sanitaire n’est pas une instance légitime pour trancher et que les députés devraient être plus sollicités.

Enfin c’est la stratégie même de la Chancelière qui est remise en cause. Avant de tout rouvrir progressivement, elle cherche à faire baisser drastiquement le nombre de contaminations avec un objectif de 35 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Elle cherche davantage à se débarrasser du virus qu’à vivre avec. 

Une stratégie zéro covid que plusieurs présidents de région jugent irréaliste, et qu’ils remettent désormais ouvertement en cause.

Louis Amar