RMC

Covid-19: le déconfinement s'éloigne... et la crainte d'une 3ème vague plane déjà

Lundi on recensait 3411 cas de plus en 24 heures. Au total, 26.365 patients sont hospitalisés en France dont 3198 en réanimation. 366 personnes sont mortes à l'hôpital, soit 55.521 depuis le début de l'épidémie.

Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, a lancé un avertissement mardi soir lors d'une conférence de presse. “Nous sommes encore loin de l'objectif de passer sous la barre des 5000 cas par jour", a-t-il indiqué, mettant en garde face à un nouveau risque de rebond épidémique. Et la situation pose la question du premier déconfinement prévu le 15 décembre avant les fêtes de fin d’année. 

C'est mécanique, plus les Français se déplaceront, plus le virus circulera. Les contaminations restent à un niveau élevé et Noël et le jour de l'an sont clairement deux occasions très risquées selon l'épidémiologiste Renaud Piarroux. 

“Si on est au-dessus de 10.000 cas par jour, ça va être compliqué de maintenir deux séries de fêtes. Celle du 25 qui peut déjà entraîner un certain nombre de contaminations et puis ces personnes contaminées le 24 ou 25 pourraient devenir contaminantes le 31 et 1er janvier”, explique-t-il. 

Le déconfinement du 20 janvier en péril ? 

Un effet boule de neige qui pourrait nous emmener tout droit vers un rebond épidémique et anéantir encore une fois les efforts des dernières semaines. Un scénario envisagé par Mircéa Sofonéa, maître de conférences sur l'évolution des maladies infectieuses. 

“Si on ouvre les vannes complètement, c’est une troisième vague ou une suite de deuxième vague qui se profile. Ça met en péril le déconfinement prévu le 20 janvier, en particulier l’ouverture des restaurants”, indique-t-il.

D'après une source proche de l'exécutif, il n'est pas question d'empêcher les Français de se réunir à Noël. Le gouvernement tranchera mercredi matin, lors d'un Conseil de défense à l'Elysée.

Anne-Sophie Balbir avec Guillaume Descours