RMC

Covid-19: les maires ruraux appelle à rendre la vaccination obligatoire "pour tous"

Potentielle 4ème vague épidémique dès la fin de juillet : faut-il passer à la vaccination obligatoire tout de suite?

Potentielle 4ème vague épidémique dès la fin de juillet : faut-il passer à la vaccination obligatoire tout de suite? - Unsplash

Jean Castex a sollicité associations d'élus et présidents de groupes parlementaires pour recueillir leur avis sur la vaccination obligatoire des soignants.

L'Association des maires ruraux de France appelle à rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire "pour tous", a indiqué son président, Michel Fournier, jeudi, à quelques heures d'une rencontre des élus avec le Premier ministre Jean Castex.

"On cible plus particulièrement les soignants, mais pourquoi ne pas aussi cibler les gens qui reçoivent du public, les gens qui se retrouvent dans des situations d'accueil ? (...) Plutôt que de faire des oublis, nous on va préciser au Premier ministre qu'on est pour la vaccination pour tous", a estimé Michel Fournier. 

"Plutôt que de tergiverser de nouveau en essayant d'y aller à petits pas, nous affirmons que tout le monde puisse être vacciné. Autrement on fait quoi ? On va utiliser un pass sanitaire et on va sélectionner les gens pour entrer dans tel ou tel établissement, dans telle ou telle structure théâtrale ou autre ?", a-t-il interrogé.

"À un moment donné, il faut se dire 'écoutez, il y a une nécessité que l'on se sorte de cette pandémie et la seule potentialité, c'est le vaccin pour tous'", a-t-il plaidé.

Jean Castex a sollicité associations d'élus et présidents de groupes parlementaires pour recueillir leur avis sur la vaccination obligatoire des soignants, sur "l'extension du champ d'application du pass sanitaire" et des "mécanismes d'incitation à la vaccination", ainsi que sur "la question du renforcement des obligations d'isolement" des malades du Covid.

Ces questions feront l'objet d'un Conseil de défense sanitaire exceptionnel lundi, avant une prise de parole attendue d'Emmanuel Macron d'ici le 14 juillet. Un projet de loi pourrait être examiné au parlement dès la fin juillet selon des sources ministérielles.

La rédaction de RMC avec AFP