RMC

Covid-19: où en est la France dans la course au vaccin?

EXPLIQUEZ-NOUS - Après Pfizer, Moderna a annoncé que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94.5% pour réduire le risque de contracter la maladie. Mais où sont les Français dans tout ça?

L'annonce lundi par la société américaine Moderna d'un vaccin efficace à près de 95% contre le Covid-19 vient apporter un nouvel espoir dans le monde où plusieurs pays, notamment en Europe, continuent d'adopter des restrictions face à une épidémie galopante.

Après l'annonce la semaine dernière par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech d'un vaccin efficace à 90%, la société de biotechnologie Moderna a affirmé que le sien avait une efficacité de 94,5%. Elle compte en fabriquer 20 millions de doses d'ici fin décembre, rendant plus concrète la perspective des vaccinations contre le Covid-19. 

Mais, dans les faits, la course au vaccin contre le coronavirus se poursuit: d’autres laboratoires semblent également près du but: et ils sont au moins neuf! Dans le monde, depuis janvier dernier, 200 vaccins ont été testés. 47 sont en "phase deux", c'est-à-dire les essais sur un petit groupe de patients, et 9 en "phase trois", un essai sur plusieurs dizaines de milliers de volontaires. Il s'agit de la dernière étape avant la demande d’autorisation et la mise sur le marché et le début effectif des vaccinations.

Il y a donc AstraZeneca, un groupe anglo-suédois, qui annonce aussi une possible commercialisation fin décembre ; Novavax, encore un labo américain est en "phase trois" ; on peut aussi citer les Chinois de Sinovac. Leurs essais au Brésil avaient été interrompus à la suite d’un incident “grave”, mais ils ont repris, et les chercheurs sont en train de passer des accords pour la distribution de ce vaccin dans de nombreux pays du tiers-monde. Les Chinois voudraient être ceux qui vaccineront les pays pauvres. 

Et puis on se souvient que les russes ont été les premiers à annoncer avoir un vaccin. En août, le Sputnik V avait été annoncé. Vladimir Poutine avait même précisé qu’il avait été testé avec succès sur sa fille, sur le maire de Moscou et sur le ministre de la Défense. Mais c'était qu’il vende la peau de l’ours un peu tôt: ce vaccin est en réalité encore en phase d’essai, en "phase trois" comme les autres. 

Où sont les Français?

Ils ne font pas la course en tête. Le PDG de Sanofi l’a reconnu: “Nous sommes plus lents, mais on espère être les plus sûrs et les plus efficaces". Sanofi, ce géant français... de plus en plus installé aux Etats-Unis. Numéro un mondial du vaccin contre la grippe, il s'est par ailleurs associé aux britanniques GSK. Dans un calendrier dévoilé par le PDG France de Sanofi Olivier Bogillot, la fin de "phase deux" est attendue dans les 15 jours qui viennent. Le lancement "phase trois" aura lieu début décembre, et en même temps, le groupe prendra le risque de lancer la production. Ce vaccin franco-anglais devrait donc être l’un de ceux qui seront disponibles en France d'ici au printemps.

Mais l'honneur est sauf pour le coq français. Avec Moderna, petit laboratoire américain innovant, c'est aussi un peu de la France qui gagne: il est dirigé par un Français, Stéphane Bancel, un ancien de bioMérieux.

Et les russes ont également un problème de production. Ils n’ont ni les usines, ni les produits pour une production à grande échelle. Il y a 10 jours, Vladimir Poutine a appelé Emmanuel Macron pour proposer une coopération avec l’institut Pasteur. Si le coup de fil a été révélé par le Kremlin, on ne connaît pas la réponse de Macron.

Reste une question: à partir de quand, verra-t-on l’efficacité réelle du vaccin?

A l’automne ou au plus tard au début de l’hiver prochain, c'est-à-dire dans un an… C’est le pronostic de Ugur Sahin, le médecin allemand d’origine turc, inventeur du vaccin de Pfizer. Il prévoit que l’on aura à ce moment-là un retour à la vie normale. Grâce à son vaccin ou aux 5 ou 6 autres qui seront disponibles.

Nicolas Poincaré et Xavier Allain