RMC

Covid-19: plus d'un quart des hôtels vont rester fermés en France cet été

La situation est particulièrement critique à Paris, selon les professionnels du secteur.

La reprise est poussive pour une partie de l'hôtellerie. Si les établissements du littoral voient leur chiffre d'affaires exploser cet été, la situation est plus difficile pour les hôtels des grandes agglomérations, qui profitent d'habitude des touristes étrangers.

Résultat, malgré la levée des restrictions sanitaires, ils sont nombreux à ne pas rouvrir. Au total en France, ils seraient environ 30 % dans ce cas selon l'Umih.

>> A LIRE AUSSI - Tourisme: à Lourdes, la saison estivale s'annonce (très) difficile

Didier Castel parcourt les couloirs de son hôtel. “C’est très très calme, ça nous fait tout drôle”, indique-t-il.

Cette semaine, seules sept chambres sont occupées, sur les 50 que compte l’établissement. L'hôtel a enregistré moins de 10% d'occupation sur le mois de juillet. “On fait tourner la machine à vide”, regrette-t-il.

Des cessations de paiement à prévoir

Le responsable a donc pris la décision de fermer dès la semaine prochaine, et ce jusqu’à la fin du mois d’août.

“Avec zéro client, je ne reste pas ouvert, ça ne sert à rien. Dès qu’on ouvre, il y a des frais et le personnel qu’on fait venir, il faut le payer. Donc c’est de la perte pure”, assure-t-il.

Comme lui, 70% des hôtels parisiens indépendants devraient fermer au mois d'août, selon le syndicat GNI Île-de-France. Pascal Mousset, son président, craint un impact de long terme sur le secteur.

“Cet été, ils sont en moyenne sur 60% de baisse de chiffre d'affaires. Les hôtels n’ont plus de trésoreries et le fait de ne pas reprendre leur activité normale cet été va sans doute condamner une bonne partie d’entre eux à la cessation de paiement”, assure-t-il.

Alors que la plupart des aides de l'État doivent prendre fin au 31 août, il demande à ce qu'elles soient prolongées au minimum jusqu'à la fin de l'année.

Camille Schmitt avec Guillaume Descours