RMC

Covid-19: une erreur administrative fait bondir les parents d'élèves non-vaccinés

En cas de fermeture de classes, ces derniers n'ont pas le choix.

Au lendemain de la rentrée, c'est une erreur du gouvernement dont les parents d'élèves vaccinés se seraient bien passés. En cas de fermeture de classe pour cas de Covid, les parents peuvent normalement bénéficier d'une indemnité "enfant malade" pour garder leur petit à la maison pendant les 7 jours d'isolement, à 90% voire 100% de leur salaire. Mais cela ne s'applique pas aux parents vaccinés, car ils ne sont pas considérés comme "cas contact" par la Sécurité sociale.

Pour les parents non-vaccinés, rien ne change: en cas de fermeture de classe, ils sont indemnisés par la Sécurité sociale pour garder leur enfant pendant les 7 jours d'isolement.

Demande de chômage partiel

Pour les parents vaccinés, en revanche, c'est plus compliqué. Comme la Sécurité sociale ne les considère pas comme des cas-contacts, ils doivent demander à leur patron d'être mis au chômage partiel, en subissant une perte de 30% de leur salaire brut, ou bien choisir de poser des jours de congé.

>> A LIRE AUSSI - Rentrée scolaire et Covid: est-ce qu'on en fait trop? Le débat dans "Estelle Midi

Une situation aberrante que dénonce Jérôme Vivenza, responsable CGT en charge de la santé au travail.

“Je trouve qu’on a quelque chose d’injuste parce qu’on a des gens qui sont dans une situation difficile et en plus, on leur rend la vie encore plus compliquée. S’il n’y avait pas cette stratégie de différencier les vaccinés et les non-vaccinés, il n’y aurait jamais eu cette boulette”, estime-t-il.

Une erreur que le ministère de la Santé promet de corriger rapidement.

Victor Joanin avec Guillaume Descours