RMC

Doubs: enquête ouverte après le décès suspect de 20 pensionnaires d'un Ehpad

Une enquête pour rechercher les causes de la mort a été ouverte par le parquet de Besançon après le décès de vingt pensionnaires dans un Ehpad près de Pontarlier dans le Doubs.

Le parquet évoque une surmortalité. L'enquête confiée à la police judiciaire de Besançon et au commissariat de Pontarlier qui devront déterminer s'il y a eu ou non usage excessif du "Midazolam", un puissant hypnotique sédatif utilisé dans le processus de fin de vie.

Ce sont les proches d'une résidente de cet établissement morte l'an dernier qui ont donné l'alerte. Une fois informée, l'ARS, l'agence régionale de santé a fait passer l'information au parquet de Besançon qui a ouvert une enquête.

Selon la famille de la nonagénaire décédée, la présumée victime aurait fait l'objet d'une sédation définitive, sans que les proches ne soient avertis. Or, pour respecter la loi Claeys-Leonetti, la famille doit être consultée.

Alors, l'enquête devra déterminer si oui ou non le droit à laisser-mourir a été outrepassé. D'un point de vue médical, les investigations porteront sur l'utilisation du "Midazolam", molécule utilisée pour les sédations définitives. Le médecin de l'Ehpad a été mis à pied.

Claire Checcaglini (avec Caroline Petit)