RMC

En matière de sommeil, ne faites pas comme Emmanuel Macron!

-

- - Hang_in_there - CC Flickr

"Quand Emmanuel Macron dit qu'il ne dort que 4h par nuit, c'est bien vu, ça fait conquérant, ça fait dynamique!", ironise sur RMC.fr la psychiatre Céline Martinot, spécialiste du sommeil. Qui déconseille grandement ce rythme de repos nocturne.

Le Dr Céline Martinot est psychiatre, spécialiste du sommeil. Elle a coécrit avec le Dr Vanessa Slimani Le sommeil de mon enfant, les clés pour des nuits paisibles (éd. Horay).

"La théorie, c'est une nuit de 7 à 8h de sommeil. Mais ce n'est que de la théorie, parce que chacun a des besoins de sommeil qui lui est propre. Il y a des gros dormeurs et des petits dormeurs. Il y a une grande part génétique pour expliquer cela. Il faut vraiment imaginer qu'il y a une horloge biologique qui gère le sommeil et qui est liée à nos gênes. Finalement, tout est déterminé dès le début.

"Tous les hommes politiques veulent ressembler à Chirac"

Il y a une part de la société qui a des besoins de sommeil très faibles, de 5 à 6h par nuit, mais ce n'est cela ne représente que 3 à 5% de la population. C'est une grande minorité. La vérité, c'est qu'aujourd'hui on dort moins qu'avant. On voit le résultat de la pression sociale. Quand Emmanuel Macron dit qu'il ne dort que 4h par nuit, c'est bien vu, ça fait conquérant, ça fait dynamique! La société a tendance à valoriser ceux qui ne dorment que très peu. Ce n'est pas un exemple à suivre, parce que si on réduit son habitude de sommeil, on ne sera pas performant, on ne se sentira pas bien. Je ne suis pas sûr d'ailleurs que Macron soit un si petit dormeur que cela. On sait que Jacques Chirac était un petit dormeur et les hommes politiques veulent tous lui ressembler (rires).

Les micro siestes sont bonnes pour les petits dormeurs qui gèrent bien leur temps de sommeil. Mais quelqu'un qui a besoin de plus de sommeil n'arrivera jamais à faire des micro siestes.

Avec le manque de sommeil, il y a un risque d'augmentation de la tension artérielle, du diabète, et le risque de prise de poids ou d'obésité est multiplié par quatre. Il y a aussi des risques au niveau immunitaire, et l'on est plus sujet aux infections. Enfin, il a été reconnu que la dette de sommeil augmente les risques de cancer du sein.

"Plus notre horloge biologique est régulière mieux elle va fonctionner"

Un bon sommeil, c'est un sommeil réparateur, qui vous permet d'être rafraichi le matin et en forme pour tenir toute la journée. Ce qui est important, c'est de se réveiller à heures régulières, notamment le week-end. Ce qui est embêtant, ce sont les grasses matinées le week-end. Il y a vraiment une horloge biologique qui règle notre sommeil, et plus elle est régulière mieux elle va fonctionner.

Après chacun aura son propre rythme. Les meilleures heures de sommeil sont les premières, parce que c'est à ce moment-là que l'on est en sommeil profond, qui est le plus récupérateur. Après que vous les fassiez à 22h ou à minuit, en soi, cela ne change rien. Quelqu'un plutôt du matin sera en sommeil profond à 22h, un couche-tard à minuit, et les deux auront la même récupération.

"En un siècle, une heure en moins de sommeil chez les enfants"

Ce qui fait perdre le sommeil? L'anxiété et la dépression sont des causes majeures d'insomnie, avec le stress au travail. Certains médicaments, ou l'alcool peuvent également avoir des répercussions sur le sommeil.

Ce qui est sûr c'est que, comme chez les adultes, on commence à voir des enfants en dette de sommeil. Il y a une étude récente qui montre qu'en un siècle les enfants ont perdu une heure de sommeil. Ils se couchent plus tard et vont récupérer leur dette le week-end, et l'on voit que cela a des conséquences sur leur apprentissage, le niveau d'attention et de concentration. Et chez les ados, on a constaté le réel impact des écrans, tablettes, portables, ordinateurs… sur le sommeil."

Propos recueillis par Philippe Gril