RMC

Expliquez-nous: que sait-on des cas de réinfection au Covid-19?

-

- - -

Les scientifiques en découvrent toujours quotidiennement sur le nouveau coronavirus. Et l'immunité face au virus est toujours une énigme alors que plusieurs cas de réinfection au Covid-19 ont été signalés et authentifiés.

C'est désormais certain, on peut être infecté plusieurs fois par le Covid-19. The Lancet a publié un article la semaine dernière qui fait le point sur un 6eme cas de réinfection dans le monde. C’est une question à laquelle il a été compliqué de répondre parce qu’au départ plusieurs malades de longue durée ont été interprété à tort comme des cas de réinfection. Désormais c’est clair, 6 cas de réinfections ont été documentés dans la revue The Lancet, 13 cas dans autre revue scientifique.

Pourquoi il y a si peu de cas de réinfection?

Pour être déclaré comme réinfecté, il faut être certain que vous ayez été touchés 2 fois différentes par le virus. Et pour être certain de ça, il faut faire une analyse génétique des prélèvements pour vérifier qu’on est bien en présence de deux souches différentes du virus et que ca n’est pas simplement une première infection qui dure.

Faire cette analyse réclame donc d’avoir conservé les échantillons de la première infection. Et puis en France par exemple, comme il y avait très peu de tests lors de la première vague, un certain nombre de malade ne savent même pas s’ils l’ont déjà eu le Covid-19. Et puis il y a le cas des asymptomatiques, qui fait que vous pouvez être réinfecté sans le savoir et donc sans vous signaler.

Peut-on se réjouir du peu de cas officialisés ?

On peut se réjouir de ce faible chiffre mais il faut y ajouter une cinquantaine de suspicion de réinfection dans le monde. Quoi qu’il en soit, c’est très peu. Il n’y a aucun cas signalé en France. Et il faut savoir que dans nos CHU, comme l'expliquait à RMC un chercheur jeudi, tous les médecins cherchent des informations sur ces réinfections. Donc ils conservent des milliers de sérologies pour pouvoir prouver ensuite une potentielle réinfection.

La deuxième infection est-elle moins grave ?

Malheureusement la deuxième infection n'est pas forcément moins grave. Jusqu’à la semaine dernière, on connaissait le cas d'un Hongkongais, le premier cas avéré de réinfection, un homme de 33 ans, testé positif le 25 mars. Il a alors de la fièvre, de la toux, des maux de tête et de la diarrhée. Il est ensuite testé négatif plusieurs fois et puis à l’occasion d’un voyage, en août, il est de nouveau testé, donc 4 mois après sa première infection, et là, il est de nouveau positif, mais complètement asymptomatique. Un cas qui permettait d’espérer que les anti-corps rendait la 2eme infection inoffensive.

Mais la semaine dernière, la cas d’un américain du Nevada vient anéantir ces espoirs. Cet américain de 25 ans est testé positif a 48 jours d’intervalle. Il a quelques symptômes lors de sa première infection alors qu’il va être hospitalisé et sous oxygène lors de sa seconde infection.

Alors y-a-t-il vraiment une immunité ?

Non quand même pas. Mais c’est vrai que ces réinfections ont eu lieu entre 3 et 17 semaines après la première infection. Les anti-corps du Covid-19 atteignant leur pic trois semaines après la contamination et restent stables jusqu’à 4 mois.

Une étude menée à Strasbourg montre que parmi les soignants infectés lors de la première vague, certains ont toujours des taux d’anticorps élevé 6 mois plus tard, alors que d’autres n’en ont quasiment plus ou plus du tout. Les scientifiques ignorent pourquoi pour le moment.

Ces réinfections laissent penser qu’un vaccin ne sera jamais totalement protecteur, et qu’il faudra peut-être faire des rappels, ou que, comme la grippe, on pourra quelquefois l’attraper alors qu’on est vacciné.

Ces travaux sur les réinfections prouvent autre chose, c’est que même si vous avez déjà eu le Covid-19, vous devez continuer à respecter les gestes barrières, car vous pouvez faire parti des exceptions et l’attraper de nouveau. Ce que n’a pas compris Donald Trump qui a déclaré à un meeting après son rétablissement "Je l’ai eu. Maintenant ils disent que je suis immunisé. Je me sens si puissant !". Une phrase qui est donc fausse scientifiquement.

Bérangère Bocquillon