RMC

Face au Covid-19, alerte sur la baisse des vaccinations contre des maladies traditionnelles

À l'occasion de la semaine européenne de la vaccination, plusieurs associations alertent sur le recul de l'utilisation des vaccins classiques.

En 2017, lorsqu'elle est touchée par un cancer du col de l'utérus, Sabrina, comédienne, décide d'aborder le sujet dans son spectacle pour sensibiliser. Mais sa crainte aujourd'hui ? Que le vaccin contre le Covid-19 fasse oublier les autres notamment la vaccination contre le cancer du col de l'utérus :

"C’est un vaccin pour lequel il y a des délais pour le faire. Il faut vraiment le garder en tête, y compris pendant cette période où l’on est complètement obnubilé par la vaccination Covid-19, sinon c’est trop tard et on a tout un pan d’une génération qui va être sacrifiée", explique Sabrina Nanni membre de l’association Imagyn.

>> A LIRE AUSSI - Faut-il craindre le variant indien en France? "Il faut un effort massif de séquençage", réclame le Pr Philippe Froguel sur RMC

L'utilisation du vaccin contre l'hépatite B a reculé de 21% en 2020

D'autres vaccins sont concernés notamment celui contre l'hépatite B par exemple. Son utilisation a reculé l'année dernière de 21% : "Il y a eu des rendez-vous médicaux annulés et reportés. La réalité est que, déjà des soins prioritaires ne se sont pas déroulés dans les temps, alors tout le volet prévention a encore essuyé plus de plâtre", explique Selly Sickout, directrice de SOS hépatite Fédération .

L'utilisation des vaccins dits de routine a chuté d'environ 10% en un an, notamment ceux administrés aux plus jeunes : le méningocoque (rougeole, oreillons, rubéole), et donc l'hépatite B ou encore le papillomavirus, responsable entre autres du cancer du col de l'utérus.

>> A LIRE AUSSI - "Dès qu'il y a un assassin, on dit que c'est un chasseur mais le tueur des Cévennes n'est pas dans nos fichiers", défend le président de la Fédération des chasseurs

Florian Chevallay (avec Guillaume Dussourt)