RMC

Faut-il mettre en place un pass sanitaire pour permettre la tenue des mariages?

Le gouvernement envisage la mise en place d'un pass sanitaire pour la reprise des mariages alors que la saison doit bientôt démarrer et que le secteur a déjà perdu 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires.

Elodie, infirmière de 28 ans est censée dire oui à son mari le 5 juin prochain devant 140 convives… mais plus les jours passent et plus l’angoisse monte : "On est a quasiment un mois de l’échéance et je n’ai aucune visibilité, je ne sais pas si on va pouvoir se marier, on ne vit pas ça très très bien", raconte-t-elle à RMC. 

Pour répondre à ses interrogations, le gouvernement envisage la mise en place d'un pass sanitaire pour la reprise des mariages. Consultée par le ministère de l’Economie et des finances, l’Union des Professionnels Solidaires de L'Evénementiel, (UPSE), principale organisation du secteur qui regroupe 55.000 professionnels de l’organisation de mariage en France, se dit très favorable à la mesure.

>> A LIRE AUSSI - À quoi pourrait ressembler le pass sanitaire dont le gouvernement dessine déjà les contours?

Déjà un milliard de pertes

Mais entre Vaccination et test PCR, pour Elodie, ce pass sanitaire ressemble à une fausse bonne idée: "Ils veulent faire des tests PCR je ne suis pas contre, 72h avant pourquoi pas mais je ne peux pas dire à mes 150 invités de rester chez eux pendant 3 jours, rien ne me dit qu’en faisant leurs courses, ils ne vont pas choper le Covid-19 entre temps".

Une mesure sur laquelle Brice Etienne, vice-président de UPSE, fonde au contraire tous ses espoirs pour permettre une reprise rapide du secteur: "Est-ce que ce n’est pas mieux de faire un test PCR de moins de 72h pour un mariage que simplement prendre un avion pour passer un week-end à Barcelone ? Cela me semble un peu plus exceptionnel un mariage, donc certes c’est un effort, mais un effort minime".

Et selon Brice Etienne, les entreprises du secteur ont déjà perdu 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires depuis le début de l’année, sur un secteur qui rapporte habituellement 3 milliards d’euros annuellement.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi les prévisions météo sont moins fiables à cause du Covid-19

Estelle Henry (avec Guillaume Dussourt)