RMC

Fin du télétravail obligatoire: "On va continuer les contrôles sur le respect du protocole sanitaire", prévient Elisabeth Borne

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a répondu aux question d'Apolline de Malherbe ce jeudi sur RMC\/BFMTV. Elle a notamment fait le point sur le télétravail, qui a été bien respecté dans les entreprises, malgré quelques mises en demeure.

Depuis mercredi, plusieurs restrictions sanitaires ont été levées comme l’avait annoncé le gouvernement. C’est notamment la fin du télétravail obligatoire pour les salariés quand cela est possible, au moins trois jours par semaine.

S’il n’est plus obligatoire, le télétravail reste tout de même recommandé. Invitée sur RMC et BFMTV ce jeudi, la ministre du Travail Elisabeth Borne a expliqué que le gouvernement rendait “la main aux entreprises” tout en dressant un bilan positif.

“Quand on a prolongé le télétravail pour une dizaine de jours, au-delà des trois semaines qui avaient été annoncées initialement, j’avais demandé un dernier effort, un dernier coup de collier et ça a été entendu. On est en moyenne à 65% des salariés qui peuvent facilement télétravailler qui l’ont fait, et même 75% en Île-de-France. Donc c’est cinq points de plus que début janvier. Cet appel a été entendu et de manière générale les entreprises ont répondu à ces obligations”, estime-t-elle.

>> A LIRE AUSSI - Jauges, masque, télétravail: ce qui change ce mercredi pour les restrictions

5.000 contrôles par mois

Elisabeth Borne précise qu’au total, 5.000 contrôles par mois ont été effectués. “On a des mises en demeure qui sont en cours, pas encore de sanction. Quand on fait une mise en demeure on voit que beaucoup d’entreprises se remettent à respecter les règles”, appuie-t-elle.

Ces contrôles ne concernent d’ailleurs pas que le télétravail, mais aussi d’autres règles, comme le port du masque en entreprise ou encore la désinfection des outils de travail. “Cela reste des obligations et donc on va continuer les contrôles sur le respect du protocole sanitaire en entreprise”, conclut Élisabeth Borne.

Guillaume Descours