RMC

Hôpital de Belfort: une vingtaine d'employés non-vaccinés risquent la radiation

Vaccin contre le Covid (illustration)

Vaccin contre le Covid (illustration) - AFP

La direction de l'hôpital de Belfort a indiqué ce mardi qu'une vingtaine d'employés, qui refusent d'être vaccinés contre le Covid, risquent d'être radiés.

Une vingtaine d'employés de l'hôpital de Belfort qui refusent la vaccination, dont une minorité de soignants, risquent d'être radiés à la mi-décembre, a indiqué ce mardi la direction de l'établissement où le "plan blanc" a été déclenché face à la 5e vague de Covid-19.

"Nous appliquons la loi depuis le 9 août dernier, à savoir respecter l'obligation vaccinale" qui est "exigible depuis le 15 septembre", a déclaré lors d'un point presse le directeur de l'Hôpital Nord-Franche-Comté (HNFC), Pascal Mathis.

"On a été amenés dans un premier temps à suspendre (sans salaire) une cinquantaine de professionnels", dont une trentaine, "depuis, se sont faits vacciner", a poursuivi M. Mathis.

"A ce jour, nous avons 21 professionnels" toujours "suspendus", parmi lesquels "trois ou quatre" soignants, qui "n'ont pas respecté ou ne veulent pas respecter le schéma vaccinal complet" et risquent donc d'être radiés de l'hôpital le 15 décembre, a détaillé le directeur.

A l'exception d'une infirmière, la situation des soignants semble toutefois en passe d'être régularisée. 

Pour ceux "qui ne veulent absolument pas se faire vacciner", l'objectif, c'est de "pouvoir occuper un emploi le plus rapidement possible" mais "ailleurs que dans le milieu de la santé", a poursuivi M. Mathis, qui insiste sur le fait qu'ils sont "accompagnés en permanence".

>> Covid: pourquoi il faudrait anticiper les vacances et vacciner les enfants selon un épidémiologiste

Le "plan blanc" déclenché

Il faut trouver "ensemble une solution de sortie au cours des prochaines semaines" afin qu'ils "puissent porter un nouveau projet" personnel "et que nous, au niveau de l'hôpital, on puisse les remplacer", a insisté le directeur.

Il faut que "le moins de professionnels possible se retrouvent dans une situation de déshérence, sans avenir, sans projet alors même qu'ils ne pourront pas revenir à l'hôpital aussi longtemps qu'ils ne seront pas vaccinés", a-t-il dit.

"On devrait pouvoir apporter une réponse probante à toutes les solutions de suspension", a encore estimé le directeur du HNFC, qui, à l'image de nombreux autres établissements hospitaliers, a déclenché mardi son "plan blanc", un dispositif qui permet la déprogrammation d'opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels.

C'est la troisième fois depuis le début de l'épidémie de Covid-19 que l'hôpital franc-comtois le déclenche.

L'établissement, qui accueille une cinquantaine de patients Covid - dont une dizaine en réanimation, principalement des non-vaccinés -, va également réduire le nombre des visiteurs à un par malade, a annoncé M. Mathis.

>> Moins de transports en commun, plus de voitures: le Covid change les habitudes des Français

la rédaction avec l'AFP