RMC

"Il faut prendre des décisions de crise avant une crise": ces médecins plaident pour un reconfinement dès la mi-janvier

Alors que de nombreux pays d'Europe se reconfine, la France continue de vivre à l'heure du couvre-feu. Mais la situation épidémiologique s'aggrave de jour en jour. Pour éviter une troisième vague importante, certains plaident d'ores et déjà pour un troisième confinement.

Le gouvernement envisage de généraliser le couvre-feu à 18h, déjà en vigueur dans plusieurs départements de l'Est et du Sud de la France. Un couvre-feu privilégié à un troisième confinement. "Le couvre-feu, c'est moins violent et plus acceptable qu'un confinement", justifie un député macroniste influent, alors que le niveau des nouvelles contaminations quotidiennes n'arrive plus à baisser.

Pourtant un nouveau confinement apparaît pour certains médecins comme la seule situation viable alors que de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'inefficacité d'un confinement à 18h.

C'est le cas du professeur Alexandre Mignon, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Bichat et secrétaire du collectif Covidia qui plaide avec plusieurs collègues dans Le Monde pour un reconfinement dès la mi-janvier.

A lire aussi - "C'est moins violent et plus acceptable qu'un confinement": pourquoi le gouvernement privilégie un couvre-feu généralisé à 18h 

"Le couvre-feu à 18h a probablement des effets, mais il est moins efficace qu’un vrai confinement"

"La situation est en train de changer. Le froid accélère la propagation du virus et il arrive aussi des variants plus infectieux. Un arrêt précoce de la diffusion du virus devrait être une solution", plaide-t-il ce mardi sur RMC.

"Le couvre-feu à 18h a probablement des effets, mais il est moins efficace qu’un vrai confinement", assure-t-il ce mardi sur RMC. "Nous comprenons les réticences des gens mais de temps en temps, il faut prendre des décisions de crise avant une crise", ajoute Alexandre Mignon qui estime que le gouvernement, malgré les alertes du Conseil scientifique, agit en permanence trop tard.

"Le couvre-feu à 18h a probablement des effets, mais il est moins efficace qu’un vrai confinement. Les pays européens ont reconfiné, la Chine aussi donc la question c'est de savoir, à quel moment il faut confiner?
Ni trop précocement parce qu'il y a des conséquences sur la société mais ni trop tard. Si on le faisait tôt, on permettrait d'empêcher que la vague arrive. Il est plus facile d'arrêter une vaguelette qu'une énorme vague", plaide Alexandre Mignon.

A lire aussi - "Il faut prendre des mesures strictes": alerte sur les cantines scolaires, soupçonnées d'augmenter les infections 

Guillaume Dussourt