RMC

Insensibles à la vaccination, les immunodéprimés appellent Emmanuel Macron à renoncer à la fin du masque en intérieur

Les immunodéprimés, à risque et insensibles au vaccin parfois même après trois doses, demandent au président de la République de revenir sur la fin du port du masque dans les lieux soumis au pass sanitaire.

Si certains déplorent le retour du masque en extérieur dans certains départements face à la menace du variant Delta, d'autres plaident pour son retour dans les lieux accessibles avec le pass sanitaire. C'est le cas notamment des personnes immunodéprimées, particulièrement celles ayant subi une greffe ou des dialyses. Dans une lettre, l'association Renaloo, une association de patients atteints de maladies rénales, en appelle au président de la République lui demandant de revenir sur la fin du masque obligatoire en intérieur dans les lieux accessibles avec un pass sanitaire.

"Nous ne devons pas être abandonnés à notre triste sort et à la menace du variant Delta (...) Nous sommes désormais arbitrairement condamnés, quelle que soit notre réponse à la vaccination, à poursuivre le confinement volontaire total auquel nous sommes astreints depuis le début de la crise, sans qu’aucun espoir de sortie ne nous soit laissé", écrit la présidente de l'association Nathalie Mesny à Emmanuel Macron. 

Car les immunodéprimés réagissent mal à la vaccination. Souvent, celle-ci est inefficace sur leur système immunitaire ne permettant pas la création d'anticorps donc de protection contre le Covid-19. Et même la troisième dose mise en place pour les immunodéprimés en France, le seul pays à le faire, n'a que peu d'effets.

"On n’arrive pas à s’immuniser contre le Covid-19 même avec trois doses"

"250.000 personnes sont immunodéprimées sévères en France et risquent de faire une forme grave de Covid-19. Et quand on prend des traitements immunodépresseurs, on n’arrive pas à s’immuniser contre le Covid-19 même avec trois doses de vaccin contre le Covid-19", assure ce vendredi sur RMC Sylvie, membre de l'association Renaloo, elle-même double greffée du rein. "La non-obligation du port du masque à l'intérieur de sites accessibles avec le pass sanitaire impliquerait que nous en soyons exclus", renchérit-elle.

Parmi les immunodéprimés, un certain nombre seulement ont réussi à fabriquer des anticorps à la suite d'une troisième injection de vaccin contre le Covid-19, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Alors seul le maintien des gestes barrières et du port du masque protège les plus fragiles, face au retour de l'épidémie et la menace du variant Delta.

"Je pense que c’est bien pour tout le monde parce qu’attraper le Covid-19, ce n’est pas anodin même pour les plus jeunes. On voit que les effets à long terme peuvent parfois être graves", conclu Sylvie.

>> A LIRE AUSSI - L'Assemblée nationale vote le projet de loi anti-Covid et acte l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants

>> A LIRE AUSSI - "Ca peut dégénérer à tout moment": les manifestations contre le pass sanitaire se multiplient en France

Guillaume Dussourt