RMC

"Je mourrai non-vaccinée et je serai dans les rues même la nuit": le conseil constitutionnel valide la loi sanitaire et précipite les anti-pass dans la rue

Juste après la décision du Conseil constitutionnel validant la loi sanitaire et l'extension du pass sanitaire, des rassemblements d'opposants ont eu lieu à Nice et à Paris notamment.

Juste après la validation du pass sanitaire par les Sages jeudi, quelques centaines de personnes ont convergé dans la foulée devant le Conseil constitutionnel à Paris. À Nice aussi les manifestants se sont rassemblés sur la place Garibaldi, déçus, parfois même désabusés comme Mathilde: "J’ai une peine infinie, j’en ai pleuré, je ne pensais pas que le gouvernement actuel irait aussi loin".

Mais ce revers a également regonflé bon nombre d’entre eux prêts désormais à poursuivre, voire à amplifier le mouvement: "Je mourrai non-vaccinée et je serai dans les rues même la nuit. Je ne lâcherai rien", assure Paquita. "On va enchaîner les manifestations tant que le pass sanitaire et l’obligation vaccinale est maintenue. On a espoir dans ce pays, dans le peuple et dans les citoyens", relance Damien.

Des manifestants déterminés tout comme plusieurs formations politiques. C’est le cas notamment de la France Insoumise et de son eurodéputé Manuel Bompard: "Si on considère comme moi que c’est une mauvaise décision, il faut continuer à se mobiliser pour essayer d’y faire échec".

>> A LIRE AUSSI - Train, centre commercial, hôpital... où le pass sanitaire sera-t-il obligatoire?

"Il n’y a pas de recours possible"

Tenter de faire reculer le gouvernement en descendant dans la rue, c'est l'ultime tentative des anti-pass. Car les moyens juridiques d’y parvenir sont désormais quasi nuls selon Jean-Philippe Derosier, spécialiste du droit constitutionnel: 

"Contre la décision du conseil constitutionnel, il n’y a pas de recours possible. Maintenant cette loi promet un certain nombre d’applications qui sont d’abord les décrets qui vont être pris et ceux-là pourront être aisément contestés devant le juge administratif mais ça ne veut pas dire qu’ils auront gain de cause".

Les manifestants en tout cas, se sont déjà donné rendez-vous ce week-end dans toute la France. Une note des renseignements écrite avant la décision du Conseil Constitutionnel table sur au moins 200 000 personnes dans les rues demain. 

>> A LIRE AUSSI - "Ça a semé le doute en moi": certains professionnels de santé refusent toujours de vacciner les femmes enceintes

Manon Aversa et Romain Houg (avec G.D)