RMC

Je suis maire d'une ville sans médecin: avant ils venaient tout seuls désormais c'est à moi de les trouver

-

- - AFP

Depuis trois mois, à Ambrault, à 25 kilomètres de Châteauroux, il n'y n'a plus de médecin généraliste suite au décès du docteur Thomazeau. Pour remédier à cette situation, le maire par intérim, Etienne Aujard, a eu l'idée d'envoyer un courrier à toutes les facs de médecine de France, et même à l'étranger.

Etienne Aujard, maire par intérim de la commune d'Ambrault (Indre).

"En fin d'année 2016, le docteur Thomazeau, qui était aussi le maire de la commune, est décédé. Il était le seul médecin généraliste. On s'est donc retrouvé sans maire et sans docteur. Concrètement, cela veut dire qu'il y a près de 2000 patients qui se retrouvent sans médecin référent dans le secteur, car au-delà des 900 habitants de la commune, il intervenait dans les villages alentours. Il y a donc urgence. C'est très inquiétant. Cela fait trois mois que nous sommes à la recherche d'un médecin.

"Cela fait longtemps que l'on tire la sonnette d'alarme"

On a créé une affiche, à la manière d'une petite annonce, que l'on a envoyée dans toutes les facs de médecine de France. Dessus, il est écrit 'La commune d'Ambrault recherche médecin généraliste H/F'. Cette annonce, nous l'avons aussi envoyée aux ambassades de France à l'étranger, en Europe surtout. En effet, on avait une piste avec un médecin togolais mais il n'avait pas les diplômes français, ni européens. A l'heure actuelle, on se positionne plus sur l'Europe parce qu'il est devenu très compliqué de trouver un médecin français voulant venir travailler ici. Si on ne trouve pas de médecin français, on prendra un médecin européen. Sans problème.

Pour le moment, dans un rayon de 25 kilomètres, tous les médecins sont complets. Donc avant d'en avoir un, les habitants du secteur doivent en appeler cinq ou six. Et lorsque l'un d'eux peut recevoir c'est vraiment pour dépanner. Ils ne deviennent pas des médecins référents parce qu'ils ont déjà trop de travail. Cela reste de l'urgence. Même pour le docteur Thomazeau, la situation était compliquée: il était seul pour 2000 patients. En réalité, cela fait longtemps que l'on tire la sonnette d'alarme. Cela fait plusieurs années que l'on cherche un deuxième médecin pour la commune.

"Il y a des manques dans tous les corps de métier de la médecine"

On a envoyé le premier tract au début du mois de janvier et pour le moment, à chaque fois, les retours que nous avons, ce sont des médecins qui n'ont pas les diplômes français. On a encore quelques pistes mais pour l'instant c'est très flou. Force est de constater que de moins en moins de médecins sortent des facultés, et que ceux qui sont diplômés vont principalement s'installer en bord de mer. Ils ne veulent pas venir dans le centre de la France. Pourtant, ils auraient tout intérêt car ici on est bien tranquille. Il n'y a pas de pollution et, en plus, on propose un logement confortable au futur docteur. Il y a en effet une maison d'habitation en très bon état jouxtant le cabinet pour l'accueillir. Il serait donc très bien reçu.

Tout le département est déserté, pas seulement la commune. C'est devenu très compliqué de trouver un ophtalmo, un dentiste ou un kiné. Il y a des manques dans tous les corps de métier de la médecine. Autrefois, les médecins venaient tout seuls, désormais, c'est à nous de les trouver. On fait le travail de l'Etat. On a contacté le ministre de la Santé qui a dit qu'il allait nous aider. On attend toujours… Pourtant la situation est très alarmante. Les gens s'inquiètent de plus en plus car ne pas avoir de médecin référent pose de nombreux problèmes. Par exemple, si vous avez besoin de faire une radio, sans médecin référent, c'est très compliqué de se faire rembourser ou d'avoir un suivi médical."

Cette affiche a été envoyée dans toutes les facs de médecine de France
Cette affiche a été envoyée dans toutes les facs de médecine de France © Maire d'Ambrault
Propos recueillis par Maxime Ricard