RMC

Dix ans d'études, 45 consultations par jour, 50 heures par semaine… la dure vie de médecin généraliste

L'Ordre des médecins présente ce mardi matin son livre blanc afin d'interpeller les politiques sur l'urgence d'une réforme profonde et globale du système de santé. L'Ordre souhaite notamment une rémunération plus juste, qui prenne aussi en compte l'expérience des praticiens.

A l'approche des élections, à chacun ses doléances. L'Ordre des médecins présente ce mardi son livre blanc, à savoir un projet de réformes avec des propositions concrètes. Plus précisément le président du Conseil National de l’Ordre des Médecins veut interpeller les politiques sur l’urgence d’une réforme profonde et globale du système de santé, car, pour lui, le système est au bord de l’explosion. Il dénonce des médecins surchargés de tâches administratives et comptables.

Parmi les pistes de réformes évoquées: l'augmentation de la rémunération car 60 % des médecins seraient insatisfaits du niveau de leur salaire. C'est le cas du Dr Dominique Dupin, 66 ans, médecin à Jargeau prêt d’Orléans. Cela fait plus de quarante ans qu'il est médecin et, à quelques mois de la retraite, cela fait quarante ans qu'il a le même salaire: entre 4.000 et 5.000 euros net par mois. Largement insuffisant, selon lui: "Après 10 ans d'études et, en moyenne, 50 heures de travail par semaine, je trouve que c'est quand même un petit peu court".

"Je n'ai pas vu grandir mes enfants"

"Je n'ai pas vu grandir mes enfants, déplore-t-il encore. J'ai 66 ans, je commence à fatiguer". Au-delà de la charge de travail, en moyenne 45 consultations par jour, ce qui agace le plus Dominique c'est que son ancienneté n'est pas reconnue. "On se forme pendant toute notre carrière et on n'est pas rémunéré pour ça". C'est pour cela qu'il estime qu'il faut augmenter le prix de la consultation. Ce serait une reconnaissance mais surtout une nécessité pour sauver la médecine libérale.

"Si les revenus étaient un plus élevés, peut-être que les jeunes médecins auraient un peu plus envie de s'installer. Car, sur les quelques communes aux alentours, soit 5.000 ou 6.000 habitants, on n'est plus que trois", souligne-t-il. A noter, qu'en 2011, l’Insee chiffrait les revenus annuels des généralistes à 82.020 euros annuels, soit 6.385 euros mensuels. Auxquels il faut retirer les charges comme l’emploi d’une secrétaire ou l’énergie consommée.

M.R avec Romain Poisot