RMC

L'Etat doit-il interdire le versement de dividendes pour les entreprises bénéficiant d'aides?

Des députés socialistes ont proposé un texte de loi visant à "interdire le versement de dividendes en 2020 aux sociétés ayant bénéficié de la solidarité nationale dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire".

L'Etat doit-il obliger les grandes entreprises à suspendre le versement de dividendes et autres bonus à leurs actionnaires? Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a appelé lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel à ne pas verser de dividende, sans toutefois l'interdire formellement.

Appel visiblement entendu par certaines grandes entreprises. Natixis, Société Générale, Safran, Airbus ou encore Auchan ont annoncé renoncer au versement des dividendes de 2019. Certaines ont décidé de réduire ces dividendes, d'autres enfin refusent d'y renoncer, comme Publicis ou STMicroelectronics.

Inacceptable pour plusieurs partis politiques, associations et syndicats qui sont de plus en plus nombreux à réclamer l'intervention du gouvernement.

Côté politique, la pression vient d'abord des bancs de l'Assemblée nationale. Les députés socialistes ont déposé une proposition de loi: ils veulent interdire aux entreprises de verser des dividendes si elles bénéficient d'aides de l'Etat, comme le chômage partiel par exemple.

Bientôt une action en justice?

Autre idée, pour dissuader les grandes entreprises de récompenser leurs actionnaires: le Parti communiste propose une taxe de 75% sur les dividendes versés par les sociétés du CAC 40.

La société civile elle aussi se mobilise: une dizaine d'associations et syndicats envisagent de participer à une action collective, en justice, lancée par un avocat. Deux objectifs: obliger le gouvernement à geler les dividendes des grandes sociétés et demander à ces sociétés d'être solidaires avec les petites et moyennes entreprises en contribuant financièrement à un fonds. La requête doit être déposée la semaine prochaine devant le Conseil d'Etat.

Juliette Droz