RMC

La France rend obligatoire un test anti-Covid pour les voyageurs venant de Chine

Un avion de la compagnie China Eastern Airlines. (photo d'illustration)

Un avion de la compagnie China Eastern Airlines. (photo d'illustration) - AFP

Tests obligatoires, vérifications aléatoires, masques obligatoires dans les avions… le gouvernement français a annoncé ce vendredi le renforcement de ses mesures sanitaires aux frontières pour les passagers en provenance de Chine.

Après l'Italie, l'Espagne, les Etats-Unis ou le Japon, c'est au tour de la France de durcir ses mesures sanitaires vis-à-vis de la Chine. Depuis la fin de sa politique "zéro Covid" au début du mois de décembre, la Chine connaît une explosion des contaminations au Coronavirus, faisant craindre à plusieurs pays une circulation intense du coronavirus et l'émergence de nouveaux variants, dans un pays où la vaccination n'a pas été massive.

Port du masque obligatoire dans les avions de la Chine vers la France

D'ici quelques jours, tous les passagers en provenance de Chine, par vol direct ou avec escale, devront présenter, avant l'embarquement, le résultat négatif d'un test PCR ou antigénique de moins de 48 heures. Dans les avions concernés, le port du masque sera également rendu obligatoire, dès le 1er janvier 2023. Le décret de la Première ministre sera publié ce week-end à cet effet et notifié à la Commission européenne et aux États membres de l’Union européenne.

Aussi, la France a recommandé en début de semaine aux voyageurs qui envisagent de se rendre en Chine, tout particulièrement aux personnes fragiles et immunodéprimées, de considérer un report de leur voyage, en l’absence d’un motif essentiel. Il est recommandé aux voyageurs qui ne pourraient pas reporter leur voyage de disposer d’un schéma vaccinal complet et à jour et de respecter les gestes barrières. Autre mesure, à compter du 1er janvier, des tests PCR aléatoires seront effectués pour les voyageurs en provenance de Chine.

Une décision qui divise au sein de l'UE

On compte aujourd'hui une dizaine de vols directs en provenance de Chine et à destination de la France, avec 300 personnes à bord par semaine, soit environ 3.000 arrivées hebdomadaires, selon le gouvernement. Il y a quelques jours, Emmanuel Macron avait demandé au gouvernement de prendre "des mesures adaptées" face à la situation.

Si la France n'est pas le premier pays à prendre cette décision, une telle politique divise au sein de l'Union européenne, plusieurs Etats membres jugeant ces restrictions superflues. De leur côté, les autorités chinoises, de leur côté, dénoncent des mesures "discriminatoires", alors que plusieurs experts français ont estimé que ces mesures sanitaires n'étaient "pas justifiées".

Aymeric Dantreuille avec Maxime Martinez