RMC

"Le pass a empêché une troisième fermeture": les restaurateurs se préparent à l'arrivée du pass sanitaire lundi

Le pass sanitaire doit être étendu aux restaurants et cafés dès lundi. Une mesure qui divisent restaurateurs et clients. Les uns regrettent une tâche supplémentaire, les autres déplorent une mesure discriminatoire. Mais certains saluent l'arrivée d'un outil pour lutter contre la pandémie.

Le Conseil constitutionnel a validé jeudi l'extension du pass sanitaire. Dès lundi prochain, il sera étendu aux cafés, restaurants, foires et salons professionnels, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux sauf urgence. Dans les cafés et restaurants c'est la douche froide.

Se voir exiger le pass sanitaire avant de devoir consommer dans son bar préféré, c'est dur à avaler pour Maud:" Je le prends mal. Je viens tous les matins prendre mon café ici". Sa première dose, toute juste reçue, et faute de vouloir faire un test, elle va devoir temporairement renoncer à venir au restaurant: "Une fois par semaine avec mes collègues on va au restaurant c'est mon petit plaisir et en fait je ne pourrai plus le faire. C'est un plaisir qu'on nous enlève".

>> A LIRE AUSSI - Trains, centres commerciaux, hôpitaux... où le pass sanitaire sera-t-il obligatoire?

Mais pour rester ouvert, Régis, le patron n'avait pas le choix alors il a tout prévu: "On va acheter un téléphone dédié exclusivement au pass pour scanner les gens. Le pass a permis d'éviter une troisième fermeture, donc c'est une bonne chose quand même", assure-t-il.

La grande inconnue pour lui, comme pour Cathy, une autre restauratrice du quartier c'est de savoir si le pass pénalisera la fréquentation, et ce qu'elle entend pendant ses services ne la rassure pas: "Les retours qu'on a c'est que les gens se préparent au dernier repas du condamné avant de ne plus avoir de vie sociale. Ils disent; 'même vaccinés on ne viendra plus au restaurant'. Ça, je l'entends à longueur de journée", assure-t-elle.

Elle se pliera quand même aux contrôles toute la semaine prochaine, mais l'assure elle fermera si jamais les clients ne sont pas là. Les jeunes entre 12 et 17 ans en seront eux exemptés jusqu'au 30 septembre. 

>> A LIRE AUSSI - "Je mourrai non-vaccinée et je serai dans les rues même la nuit": le conseil constitutionnel valide la loi sanitaire et précipité les anti-pass dans la rue

Alfred Aurenche et Azais Perronin (avec Guillaume Dussourt)