RMC

"Le ton peut monter, ça postillonne, et vous n’êtes pas protégé": un syndicat pénitentiaire dénonce le manque de sécurité face à la propagation du coronavirus

FO-Pénitentiaire a saisi vendredi en référé le Conseil d'Etat pour mise en danger d'autrui. Il réclame plus de moyen de protection dans les prisons.

La vague épidémique du Covid-19 avance partout en France. Le bilan augmente aussi dans les prisons, avec 50 agents pénitentiaires et 21 détenus testés positifs au virus. Face à cette situation, le syndicat FO-Pénitentiaire a saisi vendredi en référé le conseil d'Etat pour mise en danger d'autrui.

L'objectif est d’encourager le gouvernement à prendre des mesures pour protéger la santé des surveillants et des détenus en imposant par exemple le port du masque, réservé au personnel médical.

Le virus a fait un mort, un détenu de 74 ans incarcéré à Fresnes dans le Val-de-Marne. Et près de 800 surveillants ont été placés en quatorzaine.

“Vous ouvrez je ne ne sais combien de portes par jours, vous vous retrouvez avec 30 à 40 détenus autour de vous. Et quand vous avez un problème avec un détenu, le ton peu monter et ça postillonne, ça crache et vous n’êtes pas protégé. On a en plus un nombre de malades qui augmente tous les jours et tout ceci met en danger la vie des personnels. Comme on n'était pas entendu, la seule solution était de saisir le Conseil d’Etat. Il faut absolument qu’aujourd’hui, on nous trouve des moyens de protection pour qu’on puisse gérer les établissements en toute sécurité”, indique le secrétaire général du syndicat Emmanuel Baudin.

Ces derniers jours au moins 1600 personnes sont déjà sorties de prison en France, l'objectif de la Chancellerie est de vider les prisons d'environ 5000 détenus pour éviter la contagion.

La rédaction de RMC