RMC

"Les collègues n’ont pas envie de contribuer à ça": y a-t-il assez de contrôle du pass sanitaire à la SNCF?

Selon la SNCF, 97% des gens contrôlés ont leur pass sanitaire. Les contrôles sont aléatoires et peuvent être effectués avant de monter dans le train, durant le voyage ou sur le quai d'arrivée.

La SNCF affirme qu'une personne sur quatre est contrôlée depuis la mise en place du pass le 9 août. Mais beaucoup de voyageurs affirment n'avoir été contrôlés ni dans les gares ni dans les trains.

>> A LIRE AUSSI - Une réaffectation plutôt qu'une suspension: comment va se passer l'entrée en vigueur du pass sanitaire à la SNCF?

Valise, billet de train, masque ... Mélanie vérifie tout avant d'entrer dans la gare. Elle a aussi son pass sanitaire, mais elle est sûre qu'elle n'aura pas à le montrer.

"Si je n’avais pas été vacciné pour des raisons professionnelles, je ne serais pas forcément allé faire un test. Je sais qu’il ne contrôle pas. Ils en parlent, ils en parlent, mais il ne se passe rien”, indique-t-il.

Et cette impression de ne voir aucun contrôle, ça contrarie certains voyageurs comme Patricia et Marielle.

"Tout le long du parcours de Toulon à ici, je n’ai jamais été contrôlé et ça, ça m’agace”, indique-t-elle. “Je me dis qu’il faut que ça se mette en place, mais bon à un moment donné, il va falloir contrôler parce que sinon on ne va pas s’en sortir. Si on ne force pas les gens, c’est vite la guinguette”, estime une autre voyageuse.

Une crainte des agressions

Pourtant, la SNCF affirme qu'une personne sur 4 est contrôlée... soit par des prestataires privés soit par des cheminots. Sauf que pour Fabien Villedieu, représentant du syndicat Sud Rail, très peu d'agents acceptent de faire ces contrôles.

“Les collègues n’ont pas envie de contribuer à ça et par ailleurs, on a quand même une expérience du port du masque, il y a eu une explosion des agressions l’année dernière. On s’était dit, si en plus on rajoute le pass sanitaire, on risquait d’être confronté à énormément d’agressions”, indique-t-il.

D'après ce syndicaliste, aucun agent de la gare de Lyon ne s'est porté volontaire pour contrôler les pass sanitaires.

Anne-Lyvia Tollinchi avec Guillaume Descours