RMC

Les médecins délivrent-ils des arrêts de travail trop facilement?

-

- - -

Stress au travail, croissance, hausse de l'âge de la retraite... De nombreux facteurs font que le nombre de jours d'arrêts maladie augmente en France. Mais les patients mettent-ils aussi la pression sur les médecins ?

L’Assurance maladie doit publier ce jeudi ses propositions sur l’évolution des dépenses et les pistes d’économies à réaliser en 2019. Les arrêts maladie sont l’un des plus gros sujets. En 2017, les dépenses en indemnités journalières ont encore augmenté.

10,3 milliards d’euros. C’est ce qu’ont coûté les arrêts de travail l’an dernier. En hausse de 4,4% sur 1 an. C'est la troisième année de hausse consécutive. Et les prévisions pour 2018 ne présagent pas d’amélioration. Sur les 5 premiers mois de l’année, on observe encore une hausse.

Les patients sont plus informés et plus déterminés sur ce qu'ils viennent chercher chez le médecin.

Plusieurs explications. D’abord la réforme des retraites. Un départ à 62 ans. Des salariés plus âgés qui ont plus donc plus de risque d’être en arrêt et en arrêt de plus longue durée. Ensuite, la reprise de la croissance. Plus d’emploi, donc plus de salariés et plus de salariés susceptibles de tomber malade.

Mais il y aurait une autre explication. Moins avouable. Celle de patients qui mettraient la pression sur leurs médecins pour obtenir un arrêt de travail. Denis Monneuse est sociologue, spécialiste de la santé au travail. 

"Je vais voir le médecin et j'ai regardé en avance sur internet quelle est ma pathologie et j'estime déjà le nombre de jours d'arrêt qu'il me faudrait. Les patients sont plus informés et plus déterminés sur ce qu'ils viennent chercher chez le médecin" 

Premières causes d'arrêt maladie: les troubles musculo-squeletiques et et les syndromes dépressifs

Des patients qui mettent la pression. Et des médecins laxistes qui cèdent. Un argument rejeté en bloc par le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la confédération des syndicats de médecins français

"Quand on analyse les causes d'arrêt maladie: ce sont les troubles musculo-squeletiques et les syndromes dépressifs. On voit bien que ces deux causes sont l'expression médicale d'un stress accru, d'un burn-out dans le milieu du travail. Ce ne sont pas les médecins qu'il faut clouer au pilori, c'est un autre problème."

Problème d’une souffrance au travail, de management excessif. Alors que le burn-out n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle, les arrêts seraient, selon le syndicat de médecin MG France, la meilleure solution pour éviter de recourir aux médicaments.

Matthieu Rouault (avec J.A.)