RMC

Les pharmaciens bientôt autorisés à vendre certains médicaments sans ordonnance: "Ca va nous simplifier les choses"

-

- - -

La loi "Ma Santé 2022" pourrait permettre aux pharmaciens de délivrer et renouveler des médicaments habituellement prescrits sur ordonnance.

Parmi les mesures du plan santé, un amendement va donner plus de pouvoirs aux pharmaciens. Ils pourraient désormais délivrer certains médicaments sans ordonnance. Parmi ces médicaments, le Monuril, un antiobiotique prescrit pour la prise en charge des cystites. Il est uniquement délivré sur ordonnance et pourrait à l'avenir, être vendu sans prescription.

Marie-Josée s'en réjouit, elle a déjà souffert d'une infection urinaire: "Quand on a ce genre d'ennui, que c'est un samedi, on ne va pas aller aux urgences pour ça, mais c'est douloureux d'attendre le lundi pour avoir un rendez-vous chez le médecin. Avoir cette possibilité, ça pourrait arranger beaucoup de monde".

"On dégrade les conditions de prise en charge des patients"

Seules des pathologies bénignes comme l'eczéma, la conjonctivite, ou l'angine seraient concernées. Pour Béatrice Clairaz, pharmacienne à Chatenay-Malabry, c'est un moyen de désengorger les services d'urgences: "Ca va quand même nous simplifier les choses. Quand on n'a pas de médecins sous la main, il faut quand même des protocoles pour prendre en charge ces patients-là".

Les pharmaciens devront suivre une formation et appliquer un protocole précis, mais les médecins ne veulent pas en entendre parler. Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France, estime qu'il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour les patients : "Une cystite est simple, une angine est simple une fois que je l'ai examinée. On dégrade les conditions de prise en charge des patients, c'est tout".

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a plaidé pour donner du temps à la négociation avec les syndicats de médecins, qui sont opposés à la mesure, "pour trouver une voie de sortie par le haut". Si l'amendement est définitivement adopté au Parlement, le système sera appliqué dès janvier prochain.

Caroline Philippe (avec P.B.)