RMC

Les pro-NDDL manifestent: "Chaque nuit, les survols des avions perturbent notre sommeil"

Un avion atterrissant à l'aéroport Nantes Atlantique

Un avion atterrissant à l'aéroport Nantes Atlantique - LOIC VENANCE / AFP

Avec les survols des avions, les pics sonores atteindraient pour eux jusqu'à 91 décibels. Les habitants des bourgs situés autour de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique manifestent ce 25 novembre pour réclamer la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont ils espèrent qu'il désengorgera le trafic aérien.

On leur a volé leur tranquillité. Tous les jours, toutes les nuits, il y a le vacarme des avions qui atterrissent et décollent de l'aéroport de Nantes Atlantique. Le quotidien devient de plus en plus infernal pour les habitants de Saint-Aignan de Grandlieu, un bourg de 4.000 âmes situé en bout de piste de cet aéroport international.

"Des survols qui perturbent notre sommeil"

"Chaque nuit, il y a des survols très réguliers qui nous réveillent, qui perturbent notre sommeil, qui réveillent notre petite dernière, qui a 3 ans", raconte Elisabeth, riveraine, qui habite à un kilomètre du tarmac.

A en croire les riverains en colère, ce sont tous les habitants qui dorment mal. Plus de 5 avions survolent leurs maisons la nuit. Les professeurs des écoles alentours doivent même interrompre plusieurs fois leurs cours pour "laisser passer les avions". Certains enfants sont apeurés, le vivent mal.

Pour les habitants, le survol actuel des avions au dessus de l’agglomération représente un vrai danger. Ils demandent le transfert au plus vite de de Nantes-Atlantique dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, qui absorberait le trafic. Jean-Claude Lemasson, l'édile de la commune, affirme que l'augmentation du trafic aérien cause chez eux des problèmes de santé publique.

"On se retrouve avec des masses au-dessus de la tête qui posent question. Des problèmes de tension artérielle, des risques d'AVC... Très clairement, il y a des gens me disent très régulièrement 'si l'aéroport n'est pas transféré, on s'en va'."

Beaucoup de riverains voient en effet le dossier s’éterniser.

"Nous ne sommes pas l'aéroport avec le plus gros trafic de France"

Cette semaine, le syndicat mixte aéroportuaire a annoncé que le cap des 5 millions de passagers venait d’être franchi, "avec 10 ans d’avance sur les prévisions de trafic".

Aux yeux de François Verchère, opposante historique au projet de NDDL, le bruit est certes gênant mais il faut relativiser. 

"Nous ne sommes vraiment pas l'aéroport avec le plus grand trafic de France. Je pense que s'il y a des problèmes de santé publique, il faut aller voir tout de suite (l'aéroport parisien de) Roissy."

D’après la mairie de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, le seuil de bruit autorisé serait pourtant dépassé depuis octobre 2016. Des pics sonores de 91 décibels seraient enregistrés. Aujourd’hui, d’après les associations pro-aéroport, il passerait entre 4 et 12 avions par heure au dessus de Saint-Aignan.

Le maire et ses habitants ont manifesté samedi matin dans le centre ville de Nantes, alors que les 3 médiateurs doivent remettre le dossier NDDL au gouvernement dans quelques jours.

Anaïs Denet (avec P. C.)