RMC

"Nous ne sommes pas dans la même situation géographique": sur RMC, le président de Seine-Saint-Denis défend l'absence de confinement

DOCUMENT RMC - Invité de RMC,  Stéphane Troussel estime qu'il était impensable de confiner le département le week-end, en raison de sa situation économique et sociale, mais aussi de sa géographie.

L’Île-de-France comme punching-ball? Après avoir suscité les interrogations des Bouches-du-Rhône, quant à la différence de traitement en septembre dernier, l'Île-de-France est désormais honnie des habitants du Nord-Pas-de-Calais, confinés pour plusieurs week-ends de suite, a contrario de la Seine-Saint-Denis où l'épidémie est pourtant à un niveau similaire.

"On a des décisions qu’on ne comprend pas. Pourquoi faire un confinement dans le Pas-de-Calais et pas dans d’autres départements où le taux d’incidence est le même. Je dénonce une politique complètement incohérente", a assuré jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules", Daniel Fasquelle, le maire LR du Touquet.

Le président PS de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel y voit lui juste un sursis, évoquant une décision répondant aux risques économiques et sociaux dans un département aussi jeune. "Je constate que cette épidémie fait rage dans les départements les plus modestes. Quand on vit dans des appartements plus modestes et plus petits, quand on est plus pauvre, on est plus touchés par le Covid-19", a-t-il lancé ce vendredi sur RMC.

"En plus dans un département comme le mien on a énormément de premiers de cordée, des habitants qui ne peuvent pas télétravailler. Les caissières, les livreurs les aides-soignants seront obligés de se déplacer", a-t-il ajouté.

>> A LIRE AUSSI - Le gouvernement annonce une intensification de la vaccination dans les départements en surveillance renforcée

"On doit traiter l’Île-de-France comme un tout"

Si la situation sociale et économique du Nord-Pas-de-Calais et de la Seine-Saint-Denis ont cependant des similarités, Stéphane Troussel évoque des disparités géographiques importantes: "Nous ne sommes pas dans la même situation géographique. Nous sommes au sein de l’Île-de-France, on doit traiter l’Île-de-France comme un tout", avance-t-il alors que la pression hospitalière est également différente.

Le Pas-de-Calais voit ses services de réanimation déjà saturés quand ceux de Seine-Saint-Denis ont encore une marge de manœuvre.

Mais la situation reste très tendue dans le département avec un taux d'incidence de 394 pour 100.000 habitants selon l'Agence régionale de Santé: "Moi je ne serai soulagé que lorsque l’on aura accéléré sur les tests et la vaccination", s'inquiète Stéphane Troussel.

>> A LIRE AUSSI - Vacciner 20 millions de personnes d'ici mai: pourquoi l'objectif de Jean Castex s'annonce difficile à réaliser?

G.D.