RMC

Le gouvernement annonce une intensification de la vaccination dans les départements en surveillance renforcée

Le gouvernement souhaite une accélération de la campagne de vaccination grâce à cette opération flash qui doit débuter dès ce week-end.

Dans les 23 départements placés sous surveillance renforcée, 135.000 doses supplémentaires vont y être envoyées dans les prochaines heures. 12.000 à Nice, 11.000 à Paris ou encore 10.000 dans le Pas de Calais. 

L'idée du ministre de la Santé Olivier Véran, c'est d'ouvrir dès ce week-end un maximum de centres de vaccinations et de créer des centres éphémères supplémentaires. Vingt centres vont notamment ouvrir ce week-end à Paris pour vacciner les plus de 75 ans et ceux qui souffrent de comorbidités.

Et dès lundi 15 mars, il sera possible de recevoir ses doses en pharmacie. Le décret sera signé dès ce vendredi pour permettre aux pharmaciens de vacciner avec le vaccin AstraZeneca.

Un questionnaire médical à remplir

Pas besoin de prescription d’un médecin. Il suffit de remplir un questionnaire médical. Les patients pourront se présenter directement en pharmacie comme pour le vaccin contre la grippe. Mais il est quand même fortement conseillé de prendre rendez-vous. 

D'une part pour éviter les files d'attente devant les 21.000 pharmacies du pays. D'autre part parce qu'une fois ouvert, le flacon de 10 doses de vaccin AstraZeneca doit impérativement être utilisé en quelques heures.

>> A LIRE AUSSI - Vaccination: les Ehpad privés demandent "une dernière grosse livraison"

Pour prendre rendez-vous, soit vous appelez votre pharmacien soit vous passez par une plateforme en ligne. Ca existe désormais pour les pharmaciens comme pour les médecins.

Les pharmaciens comme les médecins ne pourront vacciner dans un premier temps que les Français de plus de 50 ans qui ont des comorbidités et des pathologies à risque.

Pierrick Bonno avec Guillaume Descours