RMC

"On n’a pas pu étudier tous les chapitres": l'inquiétude des collégiens avant le Brevet

Les collégiens ont connu cette année des cours en distanciel autour des vacances de Pâques, et une reprise en demi-jauge pour une partie d'entre eux dans les départements où la situation était la plus grave. Alors forcément, tous les élèves de 3e ne se sentent pas parfaitement préparés.

Début aujourd'hui des épreuves du brevet des collèges. 860.037 candidats à travers tout le pays vont composer jusqu'à demain sur des épreuves de Français, de mathématiques, d'histoire-géographie et de sciences.

Un rite de passage vers le lycée, aménagé après cette année scolaire placée sous le signe du Covid. Le contrôle continu compte pour la moitié de la note, et cet examen en présentiel, pour l'autre moitié.

Aurèle et son papa, côte à côte, devant le livre de maths. Aurèle est plutôt bon élève, mais après un troisième trimestre très perturbé par le Covid, il n'aborde pas ce brevet de manière totalement sereine.

“Ce que j'ai peur, c’est que comme on n’a pas étudié tous les chapitres, qu’il y en ait un non-étudié qui tombe le jour du brevet. C’est quand même le problème de ne pas avoir pu étudier toute l’année dans un environnement normal”, assure-t-il. 

Malgré le contexte, il est soulagé que le brevet ait été maintenu. Il est même impatient de se retrouver pour la première fois dans les conditions réelles d'un examen. Rester mobilisés jusqu'à la fin de l'année scolaire, et être là, devant leur copie ce matin, c'est ça le plus important, selon Aurélie Journée, principale d'un collège à Bagnolet.

“On a fait un gros travail de coaching en recevant les élèves de troisième individuellement pour bien leur expliquer que l’essentiel, c’est qu’ils donnent le meilleur de manière à bien comprendre qu’ils sont capables de le faire et que même si ça bloque sur un exercice, ça va se débloquer sur un autre”, détaille-t-elle.

Et que les élèves se rassurent, explique t-elle, les jurys seront indulgents. 

Marie Regnier avec Guillaume Descours