RMC

"On ne parle pas d’un ongle incarné, mais d’un suivi de cancer": son dossier médical inaccessible, Françoise ne peut plus traiter son cancer du sein

"RMC S'ENGAGE POUR VOUS" - Ce jeudi matin on vous emmène à Saint-Valéry-en-Caux, en Normandie, où Françoise qui a un cancer du sein ne peut plus être soignée car elle n'a plus accès à son dossier médical.

Françoise a 53 ans. Elle est soignée pour un cancer du sein à Evreux, par un médecin oncologue à l'Hôpital Privé Pasteur. Elle avait rendez-vous pour un contrôle en septembre, mais il a été annulé. Et surtout, Françoise apprend dans la foulée que le médecin est en arrêt maladie et qu'il ne va sans doute jamais revenir.

>> A LIRE AUSSI - Nos déodorants en partie responsables de la hausse des cancers du sein

Donc elle demande son dossier médical pour aller voir quelqu'un d'autre. Sauf qu'impossible de le récupérer. Elle s'est confiée à Benoit Ballet.

“Je ne peux pas récupérer mon dossier médical, et il m’est impossible de prendre un autre rendez-vous avec un autre oncologue sans dossier médical. On ne parle pas d’un ongle incarné, on parle quand même d’un suivi de cancer. Je ne vais pas arriver et dire ‘coucou j’ai eu une tumeur en 2016, je suis sous hormonothérapie, prenez moi’. J’ai mes mammographies, mes résultats de prise de sang… On ne va pas chez un spécialiste sans son dossier de A à Z. Donc c’est bien de nous sensibiliser avec octobre rose mais bon les femmes qui sont atteintes de cancer n’ont plus de médecins, c’est encore pire”, assure-t-elle.

Mais pourquoi la clinique ne lui donne pas son dossier? Ça parait incompréhensible.

Oui surtout que le Code de la Santé Publique dit bien, je cite que "toute personne doit avoir accès à toutes ses informations de santé dans les huit jours après sa demande". Françoise a tout fait comme il fallait. Elle a envoyé un recommandé à la clinique, mais rien ne se passe.

Le dossier médical, une propriété du patient

Et la clinique elle dit quoi ? En fait, c'est une clinique qui fait partie du groupe Vivalto Santé, un des plus gros groupes d'établissements privés français. La direction n'a pas voulu nous accorder d'interview, mais elle assure qu'elle n'a pas accès aux dossiers des patients, que le médecin est parti avec ses codes, que ce serait du vol de données de santé de forcer l'accès informatique. Sauf que tous les médecins que j'ai contactés, et même l'ancien président du conseil de l'ordre Jean-Louis Clouet me dit que ce ne serait pas du vol de données puisque les données de santé n'appartiennent pas au médecin, mais à la patiente.

“Oui, elle a droit d’y avoir accès. Le dossier appartient au patient. C'est la loi Kouchner Kouchner de mars 2002. Vis-à-vis du patient il n’y a pas de confidentialité. Il y a forcément un autre oncologue qui peut regarder pour voir s’il y a l’ensemble des documents, il regarde s’il n’y a pas d’histoire”, explique-t-il.

En tout cas, ça paraît aberrant que des patients surtout malades du cancer soient comme ça pris en otage. D’ailleurs, on a contacté une association de patientes de cancer du sein l'association RoseUp qui va prendre en charge le dossier de Françoise et qui va appeler la clinique Pasteur dès ce jeudi matin.

Marie Dupin et Benoit Ballet avec Guillaume Descours