RMC

"On va barrer les routes, on va embêter la population": les fêtes foraines annulées, les forains menacent d'actions coup de poing

DOCUMENT RMC - René Hayoun, président de l’Union intersyndicale des entreprises foraines de France, réclament le retour des fêtes foraines, interdites de paraître depuis le 16 novembre 2020.

Mise à jour - La justice a suspendu mercredi l'arrêté du maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, autorisant la fête foraine dans sa ville en dépit d'une interdiction préalable de la préfecture.

C'est une tradition depuis le 19e siècle. Jamais la fête foraine de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), n’a été annulée. Mais cette année, sa tenue est en suspens. La préfecture a en effet interdit l'ouverture de cette fête, pandémie oblige de Covid-19 oblige. Mais le maire de la ville Gilles Platret fait de la résistance.

L'élu a décidé lundi dernier de l'autoriser. "Les conditions sanitaires sont désormais réunies", indique la mairie dans un communiqué. Il se bat avec les forains pour que l'événement ait lieu dès ce vendredi et défie l'Etat jusqu'au tribunal.

"On est en train de s’installer, on a amené une partie des activités", assure ce mercredi sur RMC Réné Hayoun, président de l’Union intersyndicale des entreprises foraines de France. "Notre profession a été stigmatisée par un décret du 16 novembre 2020 en stipulant que les fêtes foraines étaient interdites en France. Nous sommes les orphelins des médias, on ne parle jamais de nous", ajoute-t-il.

>> A LIRE AUSSI - "Je laisse les gens le faire avant moi pour voir ce que ça donne": témoignages de soignants très réticents face au vaccin AstraZeneca

"Il y a une colère qui monte"

"Une fête foraine, ce n’est ni plus ni moins qu’une rue piétonne, une zone de déambulation ou de chalandise où les gens sont en dynamique et non en statique", plaide-t-il, ajoutant que "la cavalcade", le point d’orgue de la fête foraine de Chalon-sur-Saône qui attire les foules, a d’ores et déjà été annulée. "On aura juste du passage, autant qu’une rue commerçante piétonne un samedi après-midi".

Et René Hayoun appelle à la mobilisation et menace : "Il y a une colère qui monte chez les forains. Le monde forain ne fait pas partie des Français qui se résignent. On va barrer les routes, on va embêter la population", prévient-il.

>> A LIRE AUSSI - Insultes, jets de chaises et violences: une classe de CP-CE1 "hors de contrôle" en Normandie

G.D.