RMC

Pourquoi les allergies aux pollens sont-elles déjà là cette année?

INFOGRAPHIE - L'hiver est encore là pour trois semaines mais à Toulouse, les promeneurs allergiques sont déjà passablement gênés.

Une couleur rouge, déjà: la carte de vigilance des pollens a été mise à jour en ce début de semaine. 20 départements situés dans le Sud du pays sont désormais placés en risque d'allergie "très élevé", selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son dernier bulletin publié ce lundi. 42 départements sont eux en "risque élevé".

Des températures printanières ces derniers jours et avec elles l'arrivée précoce des allergies aux pollens qui touchent environ un quart des Français.

Éternuements, grattage des yeux et du nez, écoulements… Ces désagréments, Guillaume les connaît bien, mais cette année, ils sont particulièrement virulents. "À la fin de mon trajet en vélo, qui a duré à peu près 5 minutes, j’ai eu mes premiers symptômes d’allergies”, indique-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Allergies saisonnières et coronavirus: attention à ne pas confondre les symptômes

Venue profiter du beau temps sur les bords du Canal du midi, Agathe, allergique au pollen de bouleau, est surprise par la précocité de ses réactions.

“D’habitude, on est plutôt sur du mi-mars et là, fin février, je suis déjà bien embêtée. Déjà qu’on ne peut pas sortir. Je ne peux même plus aller dans les endroits autorisés. Je sors quand même et je sais que le soir ça ne va pas être sympathique, mais c’est comme ça”, assure-t-elle.

Un pic durable 

Le risque est particulièrement important dans le sud du pays, de la côte Basque à la côte d'Azur, en raison d'une forte concentration de pollens de cyprès. "Attention aux rafales de vent qui pourront exacerber les symptômes de conjonctivites chez les allergiques", prévient le RNSA.

Pourtant, le pollen en février, c’est normal, explique l’allergologue Habib Chaban. Ce qui change cette année, c'est l’intensité des allergènes. Et l’épisode est loin d’être terminé. 

“Il va durer, ce pic, tant qu’on aura de l’ensoleillement et dès lors qu’il pleuvra, ça va se ralentir puisque les pollens vont tomber. Mais ça sera pour repartir de plus belle puisque dans la 3e et la 4e semaine de mars commenceront le plus gros des pollens d’arbres et bien sûr, au mois d’avril-mai commenceront les pollens d’oliviers qui sont tout aussi dangereux”, détaille-t-il.

Alors pour éviter de souffrir jusqu’à la fin du printemps, rincez vos cheveux avant de vous coucher, aérez votre maison, matin et soir, évitez de faire sécher votre linge dehors et roulez vitres fermées.

Olivier Chantereau avec Guillaume Descours