RMC

Un employé risque-t-il une sanction s'il se met de lui même en télétravail?

RMC
ALLO MARIE - Le patron de Rodolphe lui impose de monter sur site alors qu'il peut travailler à distance. Ce dernier aimerait savoir s'il risque une sanction s'il décide lui-même de se mettre au télétravail.

Risque-t-on une sanction si on se met d'office en télétravail ? Normalement, si votre activité peut s'exercer à distance, votre employeur a l'obligation de vous faire télétravailler. Le télétravail, ce n'est pas facultatif. Les salariés qui pensent qu'ils pourraient être en télétravail et à qui leur employeur le refuse ont plusieurs recours. Mais il faut d'abord en parler à votre manager.

Il ne faut pas hésiter à formaliser votre demande et écrire un mail détaillé à votre supérieur hiérarchique et au responsable des ressources humaines en expliquant pourquoi vous estimez que vous devez être en télétravail.

Vous pouvez aussi contacter les représentants du personnel, et même saisir l'inspection du travail pour qu'elle effectue un contrôle. Malheureusement, vous ne pouvez pas refuser de venir travailler, parce que vous risquez des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu'au licenciement. Un salarié ne peut pas imposer le télétravail à son employeur. Il peut toujours envisager d'exercer son droit de retrait, mais c'est une procédure risquée et ça pourrait être considéré comme de l'abandon de poste.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière que le télétravail devait être la règle

Ce n'était pas une annonce, plutôt un rappel puisque les règles restent les mêmes. Les salariés qui le peuvent doivent toujours télétravailler. Et ceux qui le souhaitent peuvent toujours revenir au bureau une journée par semaine. Par contre l'objectif, c'est que ces règles soient enfin respectées, car il y a un vrai relâchement ces dernières semaines.

Selon un sondage du ministère du Travail, 36% des salariés qui pourraient très facilement télétravailler se rendent au bureau tous les jours, parfois parce qu'ils le souhaitent mais parfois aussi parce que c'est leur employeur qui refuse le télétravail.

Marie Dupin