RMC

Vers un élargissement des aides aux indépendants: "Aucun pays au monde n'a autant accompagné les entreprises", assure Alain Griset

Le ministre délégué aux PME a indiqué sur RMC travaillé à un élargissement du fond de solidarité mis en place pendant la crise sanitaire.

Les indépendants sont-ils les grands oubliés de la crise sanitaire ? Depuis juillet, seuls les métiers des secteurs les plus touchés par la crise, comme le tourisme ou la restauration, sont éligibles au fond de solidarité qui permet de toucher jusqu'à 1500 euros par mois.

À cause de l'épidémie, les cours collectifs et les conférences d'Axelle se sont brusquement ralentis. Cette praticienne en hypnose s'est retrouvée sous le seuil de pauvreté presque du jour au lendemain. 

“En chiffre d’affaire, je suis passée de 30.000 à 3000 euros sans avoir payé mes charges, donc moins de 500 euros par mois sur les six derniers mois. C’est l’horreur, vraiment”, confie-t-elle. 

Axelle a eu droit au fond de solidarité pendant 3 mois, mais aucune aide depuis. “Moi concrètement, c’est ma mère qui m’a aidé. Je ne peux pas payer mon loyer, je ne paye pas mes charges, j’ai honte de devoir dire ‘au fait, j’ai besoin d’aide’. Ce n’est pas dans notre ADN en tant qu’indépendant, si je fais ça c’est juste que je suis désespéré”, ajoute-t-elle. 

Vers une évolution du fond de solidarité?

Invité sur RMC, Alain Griset, ministre délégué aux PME, dit entendre l’appel de cette indépendante, mais il assure que l’Etat a déjà fait beaucoup. 

“Beaucoup de choses ont déjà été faites depuis le 14 mars. Fond de solidarité très important pour beaucoup d’indépendants, jusqu’à 1500 euros par mois, exonération de cotisations sociales pour ce qui étaient fermés ou report des cotisations qu’on a étalé sur 36 mois. Le travail partiel pour ceux qui avaient des employés et puis on a fait le prêt garanti par l’Etat. Sur les 600.000 bénéficiaires, 94% sur des travailleurs indépendants. J’entends qu’il y a des besoins, des craintes sur l’avenir, mais nous essayons de nous adapter et de mettre en place les outils les plus adaptés possibles pour ces trois millions de travailleurs indépendants”, indique-t-il précisant qu’il n’y a “aucun pays au monde qui a autant accompagné les entreprises”. 

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a dit mardi être favorable à en faire bénéficier plus de métiers, comme "les fleuristes, les graphistes ou encore les photographes". La liste sera connue la semaine prochaine. 

Victor Joanin avec Guillaume Descours