RMC

Attente interminable pour les contrôles aux frontières à Roissy et Orly: "On a parfois des émeutes"

Conséquence de l'état d'urgence en vigueur depuis novembre 2015 et d'un nouveau règlement européen qui renforce les contrôles aux frontières, les passagers n'ont jamais perdu autant de temps pour passer les contrôles à Orly et Roissy. L'attente peut parfois durer trois heures, provoquant la colère des passagers et des retards de vols. Sur RMC.fr, le président de la compagnie Corsair tire le signal d'alarme.

Pascal de Izaguirre est le président de TUI France, le plus gros voyagiste Français (Nouvelles Frontières, Marmara...), qui détient la compagnie aérienne Corsair.

"Cela fait plusieurs semaines que ça dure et on constate que la situation ne cesse de se dégrader pour atteindre un point critique. Je n'avais jamais vu ça. C'est arrivé à un point de désorganisation et de dysfonctionnement qui nous pénalise. D'autant que nous sommes en période d'été avec des avions archi pleins.

La ponctualité de toutes les compagnies s'en trouve extrêmement dégradée. On a parfois des retards supérieurs à trois heures. Donc les vols sont retardés, les passagers ratent leur correspondance et il faut les dédommager… Certains sont très énervés, c'est très compliqué à gérer pour nos personnels au sol et on en arrive parfois à des émeutes qui nécessitent de faire intervenir la police. La situation n'est plus tenable.

"On en arrive parfois à des émeutes"

Le problème vient du manque d'effectifs de la PAF, la Police de l'air et des frontières. Cela fait 20 ans que ça dure sans que le problème ne soit traité, donc il y a toujours des goulets d'étranglement. Il y a une insuffisance de personnel et une inadaptation des grilles horaires de travail des policiers aux flux de clientèles. Il faut évidemment mettre plus de policiers quand il y a un maximum de départs ou d'arrivées d'avion, or ce n'est pas le cas.

Ce que l'on ne comprend pas c'est qu'il y a des technologies modernes qui existent dans des dizaines d'aéroports dans le monde, sauf chez nous en France. Il y a le système électronique Parafe de reconnaissance biométrique (qui permet de contrôler chaque passager électroniquement sans besoin de personnel, NDLR) mais le nombre de filtre Parafe est ridiculement bas à Orly et Roissy, et une fois sur deux il ne fonctionne pas. Donc on continue à fonctionner à l'ancienne, avec des effectifs de police insuffisant et inadaptés aux flux. Ça donne une image absolument déplorable des deux aéroports parisiens.

"Il faut plus de policiers et de sas automatiques"

Dans l'immédiat il faut plus d'effectifs de policiers. Je sais que c'est difficile mais il faut vraiment améliorer la situation. Chaque année à la même période on a ces problèmes, donc ce n'est pas compliqué d'anticiper. Parallèlement, Il faut un plan de développement très ambitieux pour installer beaucoup plus de sas automatiques Parafe. Depuis le temps que cette technologie fonctionne, c'est incompréhensible qu'on ne l'ait pas plus développée !

On a un certain nombre de rendez-vous dans les antichambres ministérielles, on nous parle de mesures d'urgences qui seront prises mais on ne voit rien venir. Ce n'est plus vivable ni pour le client ni pour les compagnies."

Propos recueillis par Philippe Gril