RMC

En vacances, les risques de contamination au sida augmentent: "On oublie les bons réflexes"

Une plage de Cannes en mai 2017.

Une plage de Cannes en mai 2017. - AFP

Avec les vacances, les conduites à risques augmentent au moment d’avoir un rapport sexuel.

Le soleil, les oiseaux et… les amours de vacances. L’été reste une période propice pour faire des rencontres. Souvent sans lendemain, elles pourraient pourtant ne pas être sans conséquences. Selon une étude réalisée par la société de télémédecine Zava, un Français deux se passerait de mettre un préservatif lors d’un flirt de vacances. Pire, 29% d'entre eux avaient pourtant un préservatif sur eux.

"Sans préservatif pendant les rapports, on va dire que c’est encore plus intense"

Pourquoi un tel comportement à risque? Rencontrés à Toulouse, Ludovic et Denis, deux amis d’enfances dev33 et 35 ans ont un avis différent. "Non ce n’est pas choquant, assure le premier. Moi je pense que c’est une question d’état d’esprit. Sans préservatif pendant les rapports, on va dire que c’est encore plus intense en fait. Et c’est ce que moi je recherche". "Il est majeur et vacciné, lui répond son ami il fait ce qu’il veut. Je le connais, je sais que même si je lui dis un truc, il va n’en faire qu’à sa tête. Moi je ne prends pas de risque. Qu’importe la saison".

"On est alcoolisé, on est à fond dans le truc et on oublie ces choses-là"

Côté fille, Luna et Ajar ont 18 et 19 ans. Elles avouent ne pas toujours utiliser le préservatif en été. "Dans le feu de l’action on oublie les bons réflexes. C’est sûr que quand on fait la fête". Un comportement à risque qui pose problème aux associations de prévention contre le sida. Gabé Donovan est vice-président de l’association "Arc en Ciel": "Cela me choque mais malheureusement je ne suis pas étonné. L’été avec tous les festivals, les sorties, la fête de la musique par exemple, on est alcoolisé, on est à fond dans le truc et on oublie ces choses-là". Aujourd’hui, environ 150.000 Français sont atteints du sida. Parmi eux, 25.000 personnes ignorent qu’elles sont séropositives.

Estelle Henry (avec A.M.)