RMC

Contre la mesure des 80km/h, le département des Hautes-Alpes supprime les limitations à 70 km/h

Avant l'abaissement de la vitesse sur les routes secondaires sans séparateur central, qui entre en vigueur le 1er juillet, le département des Hautes-Alpes a pris une contre-mesure inattendue.

Lever le pied... mais pas trop. Dimanche 1er juillet entrera en vigueur le décret très contesté sur l'abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur certaines routes secondaires.

Si une campagne de la sécurité routière insiste sur l’objectif affiché de cette mesure: moins de morts et de blessés sur les routes, le département des Hautes-Alpes a pris une contre-mesure pour... augmenter la vitesse sur certaines portions de routes afin de protester contre la mesure du gouvernement. 

Le président du département, Jean-Marie Bernard, qui mène la fronde contre la limitation à 80 km/h, a ainsi signé un arrêté visant à remplacer la majorité des panneaux de limitation à 70 km/h par des panneaux de limitation à 80 km/h. "80 panneaux de limitation à 70 vont être supprimés dans le département et on va les passer à 80" confirme Fabrice Hurth, le directeur du cabinet du département des Hautes-Alpes.

"L'intérêt de passer à 80 à 70 km/h n'est plus: les gens ne vont pas freiner. On gardera 20% des zones qui restent dangereuses et qui posent des problèmes pour la sécurité routière. Quand les gens vont rester derrière un camion, des caravanes ou des camping-cars pendant une demi-heure sans pouvoir les doubler, vous ne croyez pas qu'ils vont prendre des risques pour les doubler? Je ne suis pas certain que la mesure porte ses fruits et j'espère en tout cas qu'elle ne fera pas remonter la mortalité sur les routes. Car, sinon, c'est le Premier ministre qui en portera la responsabilité" a-t-il plaidé sur RMC.

Publié dimanche après des mois de controverse, le décret d'application a officialisé l'échéance du 1er juillet qui avait été fixée début janvier dans le cadre d'un plan gouvernemental visant à réduire le nombre de tués sur les routes. Le ministère de l'Intérieur évalue à 11.000 le nombre de panneaux de signalisation à changer, pour un coût global de 6 à 12 millions d'euros. Ces modifications sont à la charge des collectivités et doivent ensuite être remboursées par l'Etat.

Cécile Costes avec X.A