RMC

Economies de carburant, environnement... Faut-il passer aux 110 km/h sur autoroute?

Le débat sur le passage de la vitesse maximum de 130 à 110 km/h sur autoroute refait surface avec une tribune parue dans Libération ce week-end. Cela permettrait de baisser sa consommation de carburant de 25%. Une bonne mesure pour le porte-monnaie et pour la planète mais qui ne fait pas l'unanimité chez les automobilistes.

Lever le pied pour la planète et le porte-monnaie? Plusieurs personnalités ont demandé ce week-end de réduire la vitesse sur les autoroutes, en passant de 130 km/h à 110 km/h maximum dans une tribune publiée dans Libération samedi. À l'origine de cet appel: Jean Jouzel, climatologue, qui est revenu en détail sur cette proposition ce lundi sur RMC.

"C'est une mesure de bon sens d'inciter à cela dans un contexte de sobriété. Nous l’avons compris, je crois, collectivement cet été. Le réchauffement climatique, il faut en prendre la mesure tout de suite et tenir nos engagements par rapport à ce qui est écrit dans la loi", a-t-il expliqué face à Apolline de Malherbe.

Ce passage aux 110 km/h faisait d'ailleurs partie des recommandations de la Convention citoyenne pour le climat. "Le président m'avait dit dans les jardins de l’Élysée, que cela faisait partie des trois mesures de la Convention qu'il ne retiendrait pas, car cela fâcherait les gens", a-t-il ajouté, expliquant ainsi qu'il ne plaide pour une interdiction de rouler à plus de 110 km/h.

63% des Français seraient favorables à une telle mesure

Une injonction à baisser le pied qui ne trouve pas toujours écho chez les automobilistes, malgré les bonnes intentions. Des automobilistes l'adoptent déjà depuis plusieurs années pour des raisons écologiques, comme Cindy. Même quand elle ne conduit pas, elle incite son mari à faire de même. Mais pour d'autres, malgré les tentatives, le réflexe de passer à 130 revient vite.

"C'est un peu dur parce qu'on a des voitures maintenant qui nous donnent envie d'aller un peu plus vite", explique une automobiliste lyonnaise, pendant que d'autres auditeurs notent qu'ils n'ont tout simplement pas envie de perdre de temps sur la route.

"Il faut voir aussi que la mesure de 110 km/h est appliquée dans d'autres pays du mondes et il n'y a pas de problèmes de perte de liberté", rassure Jean Jouzel sur RMC, alors que 63% des Français seraient favorables au passage à 110 km/h selon un sondage Ifop réalisé en juillet 2022.

25% de consommation en moins

Mais même l'argument financier n'est pas recevable pour certains automobilistes. "Le portefeuille en ce moment, de toutes façons, que ça soit 110 ou 130 ça ne changerait rien, pas au prix de l'essence en ce moment", note avec désespoir Grégory, cuisinier.

Pourtant, rouler à 110 km/h sur l'autoroute permettrait une baisse importante de la consommation.

"On a fait des tests avec une berline compacte au diesel tout à fait standard et on avait noté de réelles différences entre deux voitures qui roulaient ensemble donc une à 130 et l'autre à 110. Celle qui roulait à 110 enregistrait une consommation inférieure de 25% par tranche de 100km. Ça fait de sérieuses économies au niveau du portefeuille", souligne Pierre-Olivier Marie, rédacteur en chef adjoint de Caradisiac.com, site dédié à l'actualité automobile.

"Vous obtenez un gain de consommation de carburant et un gain écologique indéniable. L'urgence écologique est là, elle ne nous attend pas donc il faut prendre des mesures", ajoute-t-il.

"Pour moi, le temps est précieux"

David est conducteur routier. Il vit en Île-de-France mais travaille dans l'Ouest et part du lundi au vendredi. Il fait donc 700 km aller-retour par semaine pour se rendre au travail.

"J'ai déjà fait l'expérience et je vois la différence au niveau de la consommation mais il y a aussi une question de timing. Pour moi le temps est précieux, les week-ends sont compressés, donc je n'ai pas trop de temps à perdre et si je peux gagner 15 ou 20 minutes sur un trajet en roulant à 130, je ne suis pas contre. Ça me coûterait moins cher mais bon vu le prix du litre, on va le consommer hein", dit-il.

Il est attentif à son impact écologique et essaye de l'atténuer au maximum en dehors de sa conduite. "Pourquoi toujours nous culpabiliser sur le fait de polluer. Moi j'adopte au maximum des gestes écologiques dans ma vie et pour la route, on a des voitures de plus en plus propres. On ne pollue pas plus que des usines qui ne sont pas aux normes en Chine, en Inde, on n'est pas les pires je pense", ajoute David.

Jouzel: "Je ne crois pas vraiment que ce soit un problème de perdre quelques minutes?"

Si le passage aux 110 km/h peut être une bonne mesure, elle n'est pas la seule qui pourrait permettre de réduire rapidement l'impact des automobilistes sur l'environnement. D'après Benoît, conducteur Flixbus, qui roule au bioéthanol avec sa voiture personnelle, d'autres pratiques devraient être mises en valeur.

"Moi je suis dans l'écologie et dans l'économie: en pollution je suis pratiquement à 0. Ce que je dirais, avant d'évoquer les 110km/h, c'est de parler du covoiturage et les lignes de bus. Combien de véhicules croise-t-on sur les routes où il y a qu'une seule personne", s'interroge-t-il.

Jean Jouzel entend les critiques, et conclut en appelant à un état d'esprit de sobriété plus général. "Je ne crois pas vraiment que ce soit un problème de perdre quelques minutes. C'est ça aussi que les gens doivent comprendre. On est dans un monde où il faut peut-être un peu ralentir dans les esprits, dans la tête. Avec un monde un peu plus sobre, un peu plus pacifiste", plaide-t-il.

La rédaction