RMC

En Haute-Marne, 476 kilomètres de route vont repasser à une limitation à 90 km/h

200 kilomètres de route sont concernés dès aujourd'hui, 476 d'ici la fin de la semaine. La commission départementale a pourtant donné un avis défavorable hier, mais cet avis est consultatif et le président du département, Nicolas Lacroix, a donc malgré tout signé l'arrêt.

La Haute-Marne est le premier département à revenir au 90km/h sur les routes départementales. Au total, quinze routes sont concernées. Les panneaux, ornés d’un neuf et d’un zéro, devraient être installés ce jeudi matin. 

Parmi ces routes, la D674 ou la D417, des routes départementales qu'Agatha emprunte régulièrement. Cette automobiliste est soulagée. Elle estime que c'est beaucoup moins dangereux de rouler à 90 km/h

"Quand on ne roule pas très vite, comme à 80km/h, on a tendance à faire autre chose. Et à 90km/h, selon moi, on est plus vigilant. C’est pénible quand il y a des belles routes à 80km/h, on a l’impression d’être un escargot", explique-t-elle. 

Une sensation démultipliée pour Thierry qui parcourt 250 km par jour. "Il faut se réhabituer, mais c’est bien parce que 80km/h c’est vraiment lent. On va avoir du gain de temps pour travailler", indique-t-il. 

D'autres automobilistes sont plus perplexes. Denis, qui travaille lui dans le transport, n'est pas convaincu.

"Il y a des routes dangereuses. D’un point de vue sécurité, passer à 90km/h, je trouve que ce n’est pas nécessaire. Après les gens ne vont plus savoir comment rouler sur les nationales et sur les départementales et ça va être le bordel", affirme-t-il. 

Une mortalité en hausse sur ces routes ?

80,90 km/h, ces multiples changements et la confusion qu'ils entraînent pour les conducteurs inquiète aussi Anne Lavaud, déléguée générale de l'association Prévention routière.

"L’année 2018 est l’année avec la mortalité la plus basse que la France n’est jamais connue. Malheureusement, si on repasse sur une vitesse supérieure, on va renouer avec une mortalité à la hausse. C’est une évidence", explique-t-elle.

De son côté, le département se défend. "Ce ne sont que des réseaux importants, des anciennes routes nationales par exemple pour la majorité. Elles présentent un tracé large, peu sinueux et qui ont été conçues à la base pour des vitesses à 90km/h", affirme Victor Messaud, directeur Adjoint aux infrastructures.

500 km supplémentaires repasseront aux 90 km/h en Haute-Marne d'ici l'été prochain.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours