RMC

Face à la hausse des prix du carburant, les automobilistes s'organisent: "On n'est pas des vaches à lait"

Une grande opération de blocage des routes est prévue le 17 novembre prochain pour protester contre la hausse des prix du carburant. RMC a rencontré ces usagers en colère lors d'une réunion d'information à Clermont-Ferrand.

Les automobilistes sont bien décidés à manifester leur mécontentement face à la hausse des prix du carburant. Une grande opération de blocage des routes est prévue le 17 novembre prochain et plus de 730 000 personnes ont déjà signé une pétition en ligne pour réclamer la baisse du prix des carburants.

En attendant cette journée de mobilisation, certains usagers en colère ont décidé de manifester leur mécontentement en posant des gilets jaunes sur leur tableau de bord. Et pour préparer cette journée d'action, les organisateurs ont choisi de faire des réunions d'informations. A Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme, un premier rendez-vous a été donné sur une aire de covoiturage. Et visiblement, le mouvement est en train de prendre de l'ampleur: 200 participants à cette réunion alors que les organisateurs en attendaient 4 fois moins.

"Un ras-le-bol général"

Dans l’assistance des retraités comme Jean-Paul, 58 ans: "Tout ce qui intéresse le gouvernement à l'heure actuelle, c'est prendre le pognon, profiter des avantages et le petit peuple comme nous n'a rien pour vivre", et des jeunes actifs comme Maureen, 25 ans: "On n'est pas des vaches à lait. Moi je gagne 1.500 euros par mois, je dépense 300 euros pour ma voiture par mois. Au chômage, je toucherais 1.200 euros sans rien dépenser".

Employés du privé, du public, étudiants, retraités tous réclament une baisse du coût de la vie. La colère monte selon Manue, infirmière à l’hôpital et porte-parole de la mobilisation clermontoise: "C'est un ras-le-bol général, ce n'est pas que le carburant. J'ai des gens qui m'envoient des messages en me disant qu'ils n'ont pas les moyens de payer leur chauffage. D'autres n'ont pas les moyens de se nourrir. Ca suffit!"

Le 17 novembre, les organisateurs espèrent voir des milliers de participants, gilet jaune sur le dos, symbole de la mobilisation.

Jérémy Lannuzel (avec P.B.)