RMC

Faut-il interdire la publicité pour les produits les plus polluants?

"DUPIN QUOTIDIEN" - Cette question est plus que jamais d'actualité avec l'arrivée de la loi Climat à l'Assemblée Nationale la semaine prochaine. Mais plutôt qu'une interdiction, le gouvernement a préféré laisser les industriels prendre des engagements volontaires. Et ces engagements ont été présentés lundi.

Quelques jours avant l'arrivée de la loi climat à l'assemblée, il y avait mardi une grande conférence de presse avec la ministre de l'Écologie, le CSA, le monde de la publicité, mais aussi des acteurs du monde automobile qui étaient là pour présenter les premiers engagements qu'ils étaient prêts à prendre.

Alors quels sont-ils ces engagements ? Concernant le secteur automobile par exemple les constructeurs français s'engagent à investir davantage en faveur de la promotion des véhicules plus propres c'est-à-dire des voitures électriques mais aussi hybrides rechargeables et hybrides en consacrant 50% de leurs investissements pubs en faveur de ces véhicules dès cette année, 60% en 2022, 70% en 2023. Mais aucune interdiction en vue évidemment concernant les voitures les plus polluantes comme les SUV sachant qu'aujourd'hui les constructeurs consacrent une grosse part de leur budget publicitaire à ce type de véhicule.

Des mesures sur la publicité sur d'autres secteurs? 

Pour l'instant, aucune interdiction de la publicité pour les SUV n'est à l'ordre du jour. Ce que prévoit la loi, c'est bien une interdiction de la publicité, mais uniquement pour les produits fossiles, c'est-à-dire le gaz, le fioul, l'essence. Autant dire que ça ne représente pas grand-chose. L'interdiction de la pub pour les produits qui fonctionnent avec de l'énergie fossile comme les voitures n'est pas au programme. On est donc très loin de ce qu'avait proposée la Convention Citoyenne pour le climat qui souhaitait une interdiction justement pour tous les produits les plus émetteurs de gaz à effet de serre comme les SUV.

Il y aura quand même d'autres mesures concernant la publicité dans la loi Climat. Notamment le lancement d'un affichage environnemental, une sorte de nutriscore, mais qui permettra aux consommateurs de savoir quel est l'impact sur le climat des produits qu'ils achètent. Et il va aussi y avoir l'expérimentation des autocollants OuiPub sur les boîtes aux lettres pour réduire la distribution de prospectus. Des mesures bien insuffisantes aux yeux des associations de défense de l'environnement et des députés écologistes qui devraient d'ailleurs tenter de déposer de nouveaux amendements cette semaine avant le début des débats la semaine prochaine à l'Assemblée.

Marie Dupin