RMC

Faut-il rendre obligatoire le port du casque obligatoire pour les cyclistes?

C’est une question qui agite les débats en plein examen de la loi d’orientation des mobilités à l’Assemblée. Ca fait débat sur RMC.

Au moins 5 amendements ont déjà été déposés. Une trentaine de députés de la majorité veulent profiter de l'examen de la loi d’orientation des mobilités à l’Assemblée pour imposer le port du casque aux adultes qui se déplacent à vélo.

Il y a d’abord celui-ci, porté par un député du Pas-de-Calais, qui prévoit que "tout conducteur ou passager d’un vélo, d’une trottinette, d’un gyropode, d’une motocyclette, d’un tricycle ou quadricycle à moteur soit équipé d’un gilet de haute visibilité et d’un casque homologué". 

Un autre propose l’obligation du casque pour tout engin où la force motrice humaine est nécessaire. Un troisième voudrait imposer la mise à disposition d’un casque par les opérateurs de vélos et de trottinettes en libre-service. Un autre encore prévoit le port obligatoire de gants. Tous ces amendements sont encore à l’examen.

Pour le moment, en France, le port du casque à vélo n’est obligatoire que pour les enfants de moins de 12 ans. Pour les adultes, il est simplement recommandé.

Mais ce n’est pas suffisant pour Hélène, traumatisée après un accident de vélo il y a 2 ans: "Le casque m'a complètement sauvé, j'en suis convaincue. Un accident, ça peut arriver à tout le monde et à tout instant. La multiplication des types de véhicules à Paris est un facteur de danger. On le voit nettement avec les trottinettes. Il est absolument nécessaire de prendre toutes les précautions qui peuvent s'intégrer dans la vie courante. C'est une habitude à prendre!"

Des cyclistes découragés en Australie

D’autant que le nombre d’accidents mortels de cyclistes est en hausse de près de 10% en France. Aux Pays-Bas, le casque n’est pas obligatoire non plus, 5 millions d’habitants se déplacent à vélo chaque jour. Et avec le téléphone au guidon et le déploiement des engins électriques, pour la première fois en 2017, le vélo a été plus mortel sur les routes néerlandaises que la voiture.

Un pays a rendu le port du casque obligatoire: l’Australie, depuis 1991. Résultat, 25 ans plus tard, moins d’accident, mais aussi beaucoup moins d’usagers, découragés par tous ces équipements obligatoires.

Pour Simon Labouret, porte-parole de Paris en Selle, il ne faut pas imposer ça aux cyclistes français:

"Ce serait une catastrophe pour l'ensemble des cyclistes. Mettre un bout de polystyrène dans une logique d'équiper avec une armure les cyclistes ne répond pas du tout à la problématique de la sécurité du vélo. C'est comme vouloir lutter contre les chutes des personnes âgées à domicile en leur mettant une armure: non, on va plutôt réaménager leur intérieur. C'est ça la solution" défend-il. 

Pour ces associations de cyclistes, la protection la plus efficace reste les pistes cyclables dignes de ce nom, où le vélo croise le moins possible la voiture.

Matthieu Rouault avec Xavier Allain