RMC

Grève RATP: "Je gagne 4.500 euros brut" répond un cadre et syndicaliste, interrogé sur son salaire

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Vincent Gautheron, cadre à la RATP et membre de la direction exécutive de la CGT, a prévenu que d’autres grèves, comme celle du jour pour des revendications salariales notamment, pourraient être décidées dans les prochains mois, surtout contre le projet de réforme des retraites.

Les métros et les RER aux abonnés absents, ce jeudi en Ile-de-France. Le mouvement de grève lancé par l’ensemble des syndicats de la RATP a de grosses conséquences, avec cinq lignes de métro entièrement fermées (2, 8, 10, 11 et 12) et seulement deux lignes roulant normalement (les lignes automatisées, 1 et 14), les autres ne roulant qu'aux heures de pointe. La situation n’est pas tellement meilleure sur le RER A où un train sur trois circule en moyenne. Sur le RER B, la fréquence est d’un train sur deux.

"Le politique, notamment le politique libéral, pousse à la radicalisation, explique Vincent Gautheron, cadre à la RATP et membre de la direction exécutive de la CGT, dans ‘Apolline Matin’ ce jeudi sur RMC et RMC Story. C’est une façon de rendre pas crédibles les revendications salariales. On comprend bien ce jeu-là. Mais ce n’est pas un plaisir de faire grève. Depuis la rentrée en septembre 2022, ce qui perturbe le plus les Franciliens, ce n’est pas les grèves. C’est l’incapacité des opérateurs de transport à réaliser leur mission de service public. Tout simplement parce qu’ils sont soumis à des obligations liées au libéralisme, la mise en concurrence des entreprises et donc des salariés."

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver toutes les dernières actualités

"Il faut sortir de cette logique low-cost"

Selon Vincent Gautheron, il faut s’attendre à d’autres mouvements dans les mois à venir, notamment avec le projet de loi sur la réforme des retraites. "C’est fort probable, en fonction de l’agenda social et gouvernemental, estime-t-il. On a tous en tête le projet de réforme des retraites. (Prochaines grèves ?) Je ne suis pas voyant. La CGT jouera son rôle. Elle se mettra à disposition des salariés qui veulent se mobiliser pour défendre un vrai projet de retraites."

Et il souhaite que l’ancien Premier ministre Jean Castex, nouveau PDG de la RATP, influe sur les choix du gouvernement. "On espère qu’il soit le représentant d’un gouvernement qui ait enfin pris compte que si nous ne changeons pas rapidement de trajectoire, nous la RATP allons dans le mur, mais l’économie de la région capitale, un tiers du PIB, ira aussi dans le mur au 1er janvier 2025", assure Vincent Gautheron.

"Il faut sortir de cette logique low-cost, ajoute-t-il. On ne peut pas être à la fois un gouvernement qui prétend vouloir réindustrialiser la France et en même temps entretenir la population dans la pauvreté. Si on continue à ne pas augmenter les salaires, que vont faire les gens ? Ils vont acheter des produits qui viennent du low-cost."

A propos des salaires, Vincent Gautheron a été interrogé sur le sien. "Moi, je gagne aujourd’hui 4.500 euros brut, a-t-il répondu. Je suis cadre, j’ai eu l’obligation d’avoir un bac +5 pour l’être parce que je suis soumis au même régime que les fonctionnaires. Vous rentrez à la RATP comme agent de maîtrise à bac +2, bac +4. Et vous êtes cadre à bac +5."

Tous les syndicats (CGT, FO, Unsa, Solidaires) de la RATP ont appelé à la mobilisation pour demander des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail. Jean Castex a promis l'ouverture de négociations sur les salaires "dès décembre 2022, c'est-à-dire demain". Les agents RATP ont bénéficié d'une hausse moyenne de 5,2% des rémunérations cette année, selon la direction.

LP