RMC

Plus écologique, le fret ferroviaire pourrait être galvanisé par le plan de relance du gouvernement

Le plan de relance du gouvernement veut privilégier les transports propres et investir plusieurs milliards dans le fret ferroviaire.

La relance passera par l’écologie. C’est ce qu’assure Jean Castex dont le plan de relance met l’accent sur les transports propres avec 4,7 milliards d’euros de dédiés aux trains et aux transports au quotidien comme le vélo. Concernant le train, le plan veut développer le fret. En Allemagne, en Autriche ou en Suisse, le transport sur rail est beaucoup plus développé qu’en France où a pris du retard. Et tout n’est pas simple pour les opérateurs.

À Dunkerque, dans l’usine ArcelorMittal, premier client fret de la SNCF, le pont automatique charge les trains de bobines d’acier 7 jours sur 7. Poids total, 90 tonnes par wagons. "On a des trains pour l’Italie, des trains qui partent vers l’Allemagne aussi, d’autres vers la Picardie", explique à RMC Hervé Rimez, manager opérationnel logistique d’ArcelorMittal

16 milliards d'euros pour moderniser le réseau ?

Et 50% des expéditions d’ArcelorMittal se font sur les rails. Un chiffre qui pourrait être plus important. Sauf que voilà ! En plus de ne pas pouvoir aller partout, les trains pèsent parfois trop lourds pour circuler et les lignes ne sont pas adaptées : "Il y a des zones ou le sous entretien du réseau fait que l’on est obligé de limiter le chargement des wagons à 60 tonnes et ainsi de suite parce que l’infrastructure ne suit plus", déplore Arnaud Desmonts, responsable de l’optimisation logistique.

Et pourtant, avec le fret, il pourrait y avoir un impact environnemental… positif : "Les wagons que l’on a fait construire représentent l’équivalent de trois camions pour chaque wagon transporté. Vous imaginez bien que quand on transporte 3500 wagons par semaine cela fait un nombre de camions qui ne roulent pas qui est phénoménal", avance Arnaud Desmonts. Selon les professionnels du secteur, une modernisation du transport de marchandise coûterait près de 16 milliards d’euros.

Lionel Top (avec Guillaume Dussourt)