RMC

Portables, cannabis, alcool, feux rouges... Les comportements à risques des utilisateurs de trottinettes électriques ont explosé

Avec la crise sanitaire, le recours aux trottinettes électriques a augmenté l'année dernière et avec lui les comportements à risques de ses usagers ont explosé.

Conduire une trottinette pour traverser la ville de Paris plus vite qu'en bus, c'est ce que fait Patrick mais il reconnaît commettre des infractions : "Quand je prends un feu rouge, je regarde à gauche et à droite mais si je ne vois personne, je passe quand même, je ne m’arrête pas. Et quand je monte à 30, je suis automatiquement d’une infraction de 10 km/h".

Habitué aux deux-roues, David conduit régulièrement des trottinettes en restant vigilant, mais il avoue être témoin chez certains "trottinettistes", de comportements dangereux pour leur propre sécurité et celle des autres : "Les gens sont sur leur téléphone portable, ils écoutent de la musique, ils ne sont pas concentrés, ils grillent des feux. Je ne suis pas pour la répression mais il faut faire de la prévention, de l’éducation et après seulement de la répression".

Et ce n'est pas qu'une impression. Avec la crise sanitaire, le recours aux trottinettes électriques a augmenté en 2020 et dans son sillage, les comportements à risques de ses usagers ont explosé souligne une étude d'Axa Prévention publiée mardi. "Téléphone, alcool, stupéfiants: les "trottinettistes" prennent (...) tous les risques" s'inquiètent les auteurs de l'étude.

Car si l’usage de ces deux-roues électriques est encadré par un règlement depuis 2019, ce dernier n’est que rarement appliqué: 78% des usagers avouent par exemple téléphoner en roulant, soit 23 points de plus en un an. Et 8 sur 10 conduisent sur les trottoirs, pratique pourtant interdite.

>> A LIRE AUSSI - Effets secondaires, risques de thrombose: ce qu’il faut savoir sur les vaccins disponibles en France

10 morts en 2020

"Il y a une loi qui a règlementé l'usage des trottinettes électriques en 2019, ces engins sont rentrés dans le code de la route avec un certain nombre d'obligations bien sûr, mais rien sur l'équipement et notamment le casque", déplore ce mercredi matin sur RMC Eric Le maire, président de l’association Axa Prévention. Car selon lui, de nombreux accidents impliquent de graves blessures à la tête alors qu'on recensait en 2020 10 morts d'accidents de trottinettes.

"On ne fait pas attention parce que la trottinette c'était un jouet, c'est devenu un loisir et un jouet augmenté. Il y a des trottinettes qui vont jusqu'à 85 km/h. C'est quelque chose qu'il faut règlementer. Or, les gens ne connaissent pas la règlementation: 40% la connaissent mal, 25% pas du tout. Il y a un effort à faire, de la part de nous les assureurs, mais aussi des pouvoirs publics, en terme de communication. Il faut partager la route en toute sérénité", appelle-t-il.

Plus de 45% des usagers utilisent leur trottinette après avoir consommé des produits illicites (cannabis ou autres), 59% admettent passer à côté des piétons à vive allure et 40% disent ne pas connaître la réglementation pour les engins de déplacement personnel motorisés.

>> A LIRE AUSSI - PC "zombies" ou outils informatiques dépassés: qui a fait sauter les cours à distance de l'Education nationale? 

Juliette Pietraszewski avec Guillaume Dussourt