RMC

Prix des carburants: "Une hausse brutale dans les jours qui viennent" prévient Dominique Schelcher, président de Système U

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, le président de Système U Dominique Schelcher a prévenu que les prix des carburants allaient encore augmenter de façon "brutale" en raison de la guerre en Ukraine.

Vers de nouveaux records pour les prix des carburants. Déjà très élevés, ils vont encore augmenter en raison de la guerre en Ukraine. "La conséquence la plus forte de ce conflit en Ukraine ce matin, il faut être clair et transparent, c’est la hausse brutale du carburant dans les jours qui viennent, a prévenu Dominique Schelcher, président de Système U, dans ‘Apolline Matin’ ce jeudi sur RMC et RMC Story. L’euro est en train de s’affaiblir face au dollar. Nous, le carburant qu’on achète ce matin, coûte au moins une dizaine de centimes plus cher au litre. C’est la réalité concrète de la guerre pour les Français ce matin."

Selon les derniers chiffres publiés ce lundi par le ministère de la Transition écologique, les prix ont fortement augmenté en moyenne la semaine dernière en France, de plus de 3,5 centimes le litre de carburant. Le SP95-E10 atteint 1,799 euro le litre. Le gazole est à 1,741 euro le litre.

>> Tous les podcasts de RMC

"Il y aura des impacts, incontestablement"

Dominique Schelcher alerte aussi sur les conséquences de la guerre sur le marché du blé. "30% des exportations mondiales de blé viennent d’Ukraine et de Russie, et trois quarts des exportations mondiales d’huile de tournesol viennent d’Ukraine et de Russie. Ça, ce n’est pas du court terme, c’est du moyen et du long terme. L’huile de tournesol rentre dans la production d’innombrables produits. Pensons aux chips. Il y aura des impacts, incontestablement", assure le président de Système U.

Pour Dominique Schelcher, l’urgence est de protéger l’agriculture française. "On est dépendant du carburant et du gaz étrangers, souligne-t-il. Si on ne fait pas les bons choix maintenant par rapport à l’agriculture française, dans dix ans, ce sont certains produits agricoles qui manqueront en France. Il faut acheter absolument des produits alimentaires français de qualité. Il faut accepter qu’à court terme, ils vont coûter deux, trois centimes plus cher. Si on ne fait pas aujourd’hui, il y a des agriculteurs qui vont disparaitre. J’ai beaucoup parlé avec eux ces derniers jours. Il faut les rémunérer au juste prix. Faisons tous ensemble les bons choix pour ne pas être dépendant demain."

LP