RMC

Rythme infernal, salaires trop bas... Comme en Angleterre, la pénurie de routiers plane sur les transporteurs français

Il manquerait près de 40.000 routiers alertent les organisations syndicales qui craignent une pénurie et appellent à augmenter les salaires.

Alerte à la pénurie de routiers. Les conducteurs de camions sont de moins en moins nombreux et la profession peine à recruter. La crise du Covid-19, comme dans le secteur de la restauration, a laissé des traces. Mal payé, difficile, le métier n'attire plus et les organisations syndicales estiment qu'entre 40 et 50.000 postes sont à pourvoir.

"Il va falloir demander des augmentations à haut niveau. Et si les organisations professionnelles ne sont pas capables de répondre à ces demandes, on aura demain une pénurie catastrophique et les gens quitteront ce métier", alerte Thierry Douine le président de CFTC Transports.

>> A LIRE AUSSI - Mort de Chahinez à Mérignac: le rapport accablant de l'IGPN sur les "fautes professionnelles" des policiers

90% du transport terrestre de marchandises

"Toutes les entreprises ont du mal à recruter", témoigne sur RMC Yannick, routier dans l'est de la France. Il évoque lui aussi un problème de salaire alors que le rythme est éprouvant: "Je me couche à 20h, je me lève à 1h15 et j'arrive au dépôt à 2h. A 15h je rentre chez moi et je fais ça du mardi au samedi". Et avec les primes, il assure arriver à toucher 1900 à 2000 euros pour 10 à 13h par jour.

"Je suis aux 35h mais je suis plutôt aux 35h de sommeil par semaine. Et c'est le même problème partout, le taux horaire est le même dans toutes les entreprises", assure Yannick.

Les difficultés qui couvent pourraient s'aggraver dans les années à venir. Car la profession est vieillissante: 30% des effectifs ont aujourd'hui plus de 50 ans dans un secteur où l'âge de la retraite est établi à 57 ans. Les conséquences pourraient être nombreuses alors que le transport routier représente 90% du volume total du transport terrestre de marchandises.

>> A LIRE AUSSI - Poubelles qui débordent à Marseille: pourquoi les éboueurs font-ils grève?

Guillaume Dussourt