RMC

Sur la route, les Français ont fait évoluer leur comportement, mais ne peuvent toujours pas se passer de leur portable

Selon un baromètre Axa, que RMC vous dévoile ce mercredi, le comportement des automobilistes a profondément évolué notamment en matière d'alcoolémie et de vitesse. Cependant, certaines attitudes sont toujours à risques.

En 15 ans, les comportements sur la route ont bien changé. Selon le baromètre Axa, que RMC vous dévoile ce mercredi, il y a eu une vraie prise de conscience des risques liés à la très grande vitesse et à la très forte alcoolémie. 

Concrètement le conducteur qui conduit à 180 km/h après avoir bu cinq verres, ça n'existe plus vraiment alors que c'était monnaie courante il y a 15 ans. D'ailleurs, les Français se sentent davantage en sécurité, parce que les routes sont moins dangereuses, mais aussi parce que les voitures disposent maintenant de beaucoup d'outils d'aide à la conduite.

Pour autant, il y a quand même des choses qui ne changent pas. Par exemple, les Français continuent de pratiquer massivement la méthode du "pas vu pas pris". En tout cas pour les petites infractions. On ne met pas son clignotant volontairement, on passe au feu orange, on dépasse une ligne dès qu'on le peut en minimisant la dangerosité de ces comportements. C'est une attitude très française et il n’y a pas vraiment d'amélioration sur ce point.

Autre enseignement de ce baromètre depuis l’instauration des 80km/h: 20 % des conducteurs se disent rassurer par cette limitation. Ils n’étaient que 13% en 2018. Ils sont en revanche nombreux en excès de vitesse. Plus de 6 Français sur 10 roulent entre 90 et 100 km/h sur ces routes secondaires. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière: les excès de vitesse restent la 1ere cause des accidents mortels. 

Le téléphone, grande cause d'accident

Mais le plus inquiétant reste le téléphone au volant. C'est vraiment aujourd'hui l'une des grandes causes d’accidents. Compagnon indispensable des conducteurs, qui n’ont pas encore intégré sa dangerosité, il entraîne des baisses d’attention lourdes de conséquences. 

Désormais, les Français ne prennent plus le volant sans emporter et utiliser leur téléphone. Les plus concernés sont les 18-24 ans. 

S’ils s’en servaient uniquement pour téléphoner il y a 15 ans, aujourd’hui les Français sont deux fois plus nombreux à l’utiliser au volant et pas seulement comme GPS. Un conducteur enregistre pourtant deux fois moins d’informations lorsqu’il est au téléphone: écrire un SMS multiplie par 23 le risque d’accident.

Marie Dupin